samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les députés préconisent une réforme de la Constitution incluant le droit à la pratique sportive au Costa-Rica

San José, 3 octobre (Prensa Latina) Le député du Front Amplio (FA, Front Ample, parti politique de gauche) du Costa Rica, José Marîa Villalta, a présenté hier la réforme constitutionnelle ‘Pour l’incorporation du droit fondamental au sport et aux loisirs’.

Selon Villalta, sa proposition vise à ajouter à l’article 89 de la Constitution politique le paragraphe ‘Toutes les personnes ont droit au sport, à l’éducation physique et aux loisirs. L’État garantit ce droit, encourage son universalisation en tant que moyen efficace d’améliorer la santé et la qualité de vie de la population et soutient le développement des différentes disciplines sportives à tous les niveaux’.

Dans des déclarations à la presse après avoir présenté la réforme constitutionnelle, le député du FA a souligné que le sport et les loisirs sont essentiels pour la santé et la culture, c’est pourquoi il a estimé qu’ils devraient être reconnus comme des droits au niveau constitutionnel.

«Plusieurs communautés font des efforts importants pour offrir des espaces sportifs et récréatifs à leurs populations, mais nous pouvons faire beaucoup plus. Le législateur a indiqué que ce droit est reconnu par divers instruments internationaux relatifs aux droits de l’Homme, tels que la Charte Internationale de l’Éducation Physique, de l’Activité Physique et du Sport, adoptée par l’Unesco (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture) en 1978.

Il a indiqué que, plus récemment, la Convention ibéro-américaine relative aux droits de la jeunesse, adoptée par l’Assemblée Législative du Costa Rica en novembre 2007, a inscrit à son article 33 le droit au sport en tant que droit fondamental des jeunes.

Toutefois, selon Villalta, la population de la région se heurte à des obstacles dans l’accès aux espaces sportifs et récréatifs, comme le montrent les données de l’analyse de la situation sanitaire du Ministère de la Santé, estimant que 25,1 pour cent des jeunes hommes et 37,8 pour cent des jeunes femmes n’ont pas accès à des espaces ouverts tels que des places, des terrains de sport et des parcs.

De même, dans l’Enquête sur les facteurs de risque vasculaire de 2018, la Caisse costaricienne de sécurité sociale note que, malgré une diminution par rapport aux années précédentes, 36,1 pour cent des personnes de plus de 19 ans ne pratiquent pas d’activité physique ou la pratiquent de manière insuffisante.

peo/Jha/ale

EN CONTINU
notes connexes