samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Mission de l’ONU en Colombie préoccupée par les attaques contre des ex-combattants

Nations Unies, 10 octobre (Prensa Latina) Le chef de la Mission de Vérification de l’ONU en Colombie, Carlos Ruiz, a exprimé aujourd’hui devant le Conseil de Sécurité sa préoccupation face aux attaques et aux violences qui persistent contre les ex-combattants.

Rien que cette année, il y a eu l’assassinat de 24 anciens membres des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie-Armée du Peuple (FARC-EP), a-t-il indiqué.

À cet égard, il a appelé à renforcer les enquêtes sur ces homicides afin que les responsables soient traduits en justice.

Les problèmes budgétaires de l’entité chargée de la sécurité et de la protection des ex-combattants doivent également être réglés, a-t-il indiqué.

La violence affecte également les partis politiques, dont la Force Alternative Révolutionnaire du Commun (FARC, issue de l´ancienne guérilla), dans la perspective des prochaines élections régionales et municipales, a noté le représentant de l’ONU.

Un dialogue inclusif est nécessaire pour relever les défis et le soutien du Conseil de Sécurité et de l’ensemble de la communauté internationale est essentiel, a-t-il souligné.

Il faut assurer la réintégration des ex-combattants et placer les victimes et leur réparation au cœur du processus de paix, a-t-il ajouté.

Le chemin vers l’avenir, a-t-il dit, passe par une mise en œuvre complète de l’Accord de Paix.

Selon Ruiz, le processus de paix en Colombie est maintenant confronté à une période difficile, mais la grande majorité des ex-combattants des FARC-EP restent engagés et participent à l’Accord de Paix, deux ans après sa signature et le dépôt des armes.

Plus de 3 500 anciens guérilleros participent maintenant à des projets collectifs et productifs allant de l’agriculture, la fabrication de vêtements et de tissus à l’agrotourisme, a-t-il précisé.

Mais le financement de ces initiatives reste insuffisant, a-t-il ajouté, et il est urgent d’accélérer les efforts dans ce sens, ainsi que sur les questions d’accès à la terre.

Dans le même temps, les ex-combattants vivant en dehors des zones spéciales sont plus vulnérables à la violence et au recrutement par des groupes armés, et il faut faire davantage pour y faire face, a-t-il réclamé.

Ruiz a donné des informations sur certaines régions précédemment touchées par le conflit et les affrontements, lesquelles ne bénéficient pas encore des avantages de l’Accord de Paix.

Des communautés entières continuent d’être la cible de la violence et réclament une plus grande présence de l’État, demandent des stratégies claires pour assurer leur sécurité et leur protection et, d’une manière générale, améliorer leurs conditions de vie.

La Mission de Vérification des Nations Unies en Colombie a été créée par la résolution 2366 du Conseil de Sécurité en juillet 2017 et a commencé ses travaux en septembre 2017.

Son mandat principal est de vérifier la réintégration politique, économique et sociale des ex-combattants des FARC-EP qui ont déposé les armes.

peo/mgt/ifb

EN CONTINU
notes connexes