samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba réaffirme à l’ONU son engagement concernant la décolonisation

Nations Unies, 18 octobre (Prensa Latina) Cuba a réaffirmé mardi à l’ONU son engagement historique en faveur de l’élimination du colonialisme et a rappelé que tant qu’il existera un seul peuple sous ce statut, le travail de l’agence multilatérale restera inachevé.

Alors qu’il ne reste qu’un an avant la fin de la Troisième Décennie Internationale de l’Élimination du Colonialisme (résolution de l´ONU 2011-2020), et malgré les échéances fixées par l’Organisation des Nations Unies, le fléau du colonialisme reste présent dans le monde, a souligné l’ambassadeur cubain Humberto Rivero.

Intervenant devant la Quatrième Commission de l’Assemblée Générale, il a souligné que la cause de la décolonisation est et doit être l’une des priorités de l’ONU, jusqu’à ce que la dette soit payée aux peuples des territoires qui vivent encore sous le statut colonial et qui n’ont pas eu la possibilité de s’exprimer eux-mêmes sur leur autodétermination.

L’ambassadeur a mis l’accent sur la question coloniale de Porto Rico, qui est examinée depuis plus de 42 ans par le Comité Spécial de la Décolonisation et qui a abouti à l’adoption de 38 résolutions et décisions.

‘Il y a plus de 62 ans, Porto Rico s’est vu imposer le soi-disant statut d’État Libre Associé, qui n’est pas un État, le qualifier de libre est un affront au peuple portoricain ; et si un adjectif convenait il s´agirait de soumis, et non pas associé.’

En effet, a-t-il rappelé, c’est la Cour Suprême, le Congrès et même le propre gouvernement nord-américain qui ont dévoilé le déguisement maladroit, qui n’a rien changé à la dure réalité coloniale montée il y a plus d’un demi-siècle, lorsqu’en 2016, ils ont souligné que Porto Rico n’avait pas de souveraineté propre et était entièrement soumis aux pouvoirs de Washington.

En d’autres termes, cette île est une possession nord-américaine, un territoire colonial, a souligné le diplomate cubain.

Le règlement définitif du sort de Porto Rico n’est pas une question interne aux États-Unis, mais relève du Comité Spécial de la Décolonisation des Nations Unies et de l’ensemble de la communauté internationale, a souligné Rivero.

Il a également réaffirmé que Cuba défend le droit du peuple du Sahara Occidental à l’autodétermination sur la base du respect des buts et principes de la Charte des Nations Unies, du droit international et des résolutions pertinentes de l’Assemblée Générale.

« Nous réitérons notre soutien aux efforts déployés par le Secrétaire Général et son Envoyé Personnel pour parvenir à un règlement politique mutuellement acceptable entre les parties, qui prévoie l’autodétermination du peuple du Sahara occidental ».

Le diplomate cubain a également réaffirmé l’appui de son pays au droit légitime de l’Argentine dans le différend relatif à la souveraineté sur les îles Malouines, la Géorgie du Sud, les îles Sandwich du Sud et les zones maritimes environnantes, qui font partie de son territoire national.

Tant qu’un règlement définitif du différend n’aura pas été obtenu par la voie de négociations, il ne devrait pas y avoir d’actes unilatéraux modifiant la situation des îles, a noté le diplomate.

Il a également rappelé que l’engagement et la solidarité de Cuba avec les peuples des territoires non autonomes se sont manifestés au fil des ans par des actions de collaboration dans des secteurs tels que l’éducation et la santé.

peo/agp/ifb

EN CONTINU
notes connexes