mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les écoles catholiques ferment leurs portes jusqu’à la fin de la crise en Haïti

Port-au-Prince, 22 octobre (Prensa Latina) La crise haïtienne continue aujourd’hui de faire des victimes, en particulier l’école, après un mois d’arrêt et des  protestations généralisées appelant à la démission du président Jovenel Moïse.

Le père Firto Régis, membre de la Conférence des Religieux d’Haïti, a confirmé que les écoles catholiques fermeraient leurs portes jusqu’à ce que la situation sociopolitique tendue dans le pays soit résolue.

« Avec beaucoup d’amertume, nous voyons que les écoles ne fonctionnent pas, nous constatons également que rien n’est fait, en termes de conditions, pour assurer le fonctionnement des écoles », a-t-il regretté à la télévision locale.

Depuis le début de la nouvelle vague de mobilisations antigouvernementales, le 16 février dernier, une semaine après le début de l’année scolaire, on estime que près de trois millions d’étudiants n’ont pas pu assister aux cours.

« Nous faisons un appel au nom des parents qui, avec de grands sacrifices, veulent que leurs enfants aillent à l’école. Nous lançons un cri au nom de la société qui est en train de payer l´addition », a-t-il souligné en annonçant pour ce mardi une marche silencieuse dans la capitale dans le but de sensibiliser l’opinion publique.

Il a expliqué que, en raison de la crise qui dure depuis l’année dernière, certains établissements d’enseignement avaient prévu de prolonger les journées scolaires cette année pour couvrir le programme scolaire. Cependant, l´arrêt actuel du système éducatif en septembre et octobre a aggravé la situation.

‘Nous ne pouvons pas faire de projections’, a regretté le clergé, indiquant que cela ne fait qu’affaiblir le système éducatif.

La veille, des centaines d’enseignants ont protesté à Port-au-Prince, conditionnant la reprise des classes à la démission du président Moïse, qui a récemment assuré qu’il resterait en fonction.

Pour leur part, les secteurs de l’opposition ont récemment créé une commission pour le transfert du pouvoir, avec pour objectif de nommer les prochains président et premier ministre, ainsi que le cabinet du gouvernement.

Alors que la crise s’aggrave, sans qu’une solution soit en vue, l’insécurité alimentaire, le chômage, les prix des aliments de base augmentent et les revenus de millions de citoyens diminuent.

Peo/mem/ane

EN CONTINU
notes connexes