mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Crise du carburant au Liban

Beyrouth, 11 novembre (Prensa Latina) En raison de la pénurie de carburant, davantage de stations-service au Liban étaient désormais hors service, ce qui aggravait encore la crise économique nationale.

Le directeur du Syndicat des Propriétaires de Stations-service a annoncé que la fermeture de ces stations-service se poursuivrait au moins pendant les deux prochains jours.

Aujourd’hui, la plupart des stations dans la région d’Akkar, dans le nord, ont été fermées de même que les stations d’Alev et du Mont-Liban.

Dans la région sud de Tyr, il y a aussi des fermetures possibles, tandis qu’à Beyrouth elles ont commencé à rationner la vente ou étaient hors service.

 Les propriétaires de stations ont fait plusieurs grèves avant les manifestations antigouvernementales qui ont commencé le 17 octobre dernier à cause du refus des banques de vendre des dollars étasuniens.

Ils affirmaient que seul billet vert leur permettait d’acheter du carburant auprès des grossistes, mais dans le cadre de stratégies visant à éviter la fuite des capitaux, les institutions bancaires ont restreint l’achat de devises.

Lorsque les manifestations contre le Gouvernement ont éclaté, les propriétaires de stations-service ont mis en garde contre les difficultés rencontrées en raison du blocagede rues et d´avenues principales. 

Il y a eu une période de calme concernant l’approvisionnement en carburant lorsque les manifestants ont changé de tactique, abandonnant  la fermeture des voies et commençant à se rassembler devant des institutions publiques ou des résidences d´hommes politiques.

Toutefois, les banques ont été fermées au moins 12 jours ouvrables et n´ouvrent que par intermittence ce qui approfondit la crise.

peo/tgj/arc

EN CONTINU
notes connexes