jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Parti socialiste gagne des élections générales en Espagne

Madrid, 10 novembre (Prensa Latina) Le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) a été la force politique la plus soutenue lors des élections générales dans ce pays, même si elle se trouve bien loin de la majorité absolue pour gouverner seule, comme elle le prétendait.

Avec plus de 98 peur cent  des suffrages exprimés, le mouvement du président de gouvernement en fonction, Pedro Sánchez, a obtenu 120 des 350 sièges du Congrès des Députés, trois représentants de moins que ceux obtenus aux élections du 28 avril dernier.

La formation traditionnelle de l’Espagne, le Parti Populaire conservateur (PP),est arrivé en deuxièmeposition avec 68 sièges à la Chambre Basse, contre 66 lors des dernières législatives.

La troisième place revient au parti d’extrême droite Vox qui, après avoir capitalisé sur le conflit sécessionniste en Catalogne, a connu une hausse spectaculaire avec 52 sièges, soit 28 de plus qu’en avril, lorsqu’il a fait son entrée au Parlement.

Avec 35 députés, l’alliance de gauche UnidasPodemos  (UP) a conservé son poids parlementaire mais en perdant sept sièges, tandis que les libéraux de Ciudadanos, ont chuté de la troisième à la sixième position en passant de 57 à 10 sièges au Congrès.

Les partis indépendantistes catalans et nationalistes basques, qui jouent un rôle crucial dans la constitution du Gouvernement, ont été renforcés par quelque 35 représentants à la chambre chargée de désigner le futur mandataire du pays.

À en juger par ces résultats, aucun des deux blocs idéologiques (droite et gauche) n’obtient la majorité absolue, fixée à 176 des 350 sièges du Congrès, ils auraient donc besoin du soutien d’autres partis pour pouvoir gouverner.

Le mandataire par intérim et dirigeant du PSOE a convoqué ces élections, les quatrièmes en quatre ans, après avoir rejeté la proposition d’UnidasPodemos de constituer un exécutif de coalition, car son aspiration a toujours été de gouverner en solitaire.

Malgré qu’il ait également gagné en avril, Sanchez a misé sur une répétition électorale en pensant que de nouvelles élections renforceraient sa candidature, ce qui n’a finalement pas été le cas ce dimanche.

Le leader d’UP, Pablo Iglesias, a regretté que le deuxième rendez-vous électoral de cette année ait favorisé l’essor de Vox et qu’en ce moment l’Espagne ait l’une des organisations d´extrême-droite les plus fortes d’Europe.

Dans ce contexte, il a appelé le politicien social-démocrate à former une coalition de gouvernement progressiste pour faire face à l’extrême droite, « parce que c’est une nécessité historique », a-t-il déclaré.

peo/mv/edu/cvl

EN CONTINU
notes connexes