mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les assaillants d’une unité militaire cherchaient à générer une invasion du Venezuela

Caracas, 23 décembre (Prensa Latina) Le groupe de terroristes qui a attaqué l’unité militaire frontalière dans le sud du Venezuela voulait créer un faux positif pour provoquer une invasion du pays, a dévoilé aujourd’hui le ministre de la Communication et de l’Information, Jorge Rodríguez.

Rodriguez a affirmé que les actions criminelles de dimanche ont été menées par le gang d’extrême droite dirigé par les membres du parti d’opposition Voluntad Popular (VP) Leopoldo López et Juan Guaidó, ce dernier a été reconnu par les États-Unis et leurs alliés comme président par intérim de la nation sud-américaine.

Les députés suppléants de VP, Fernando Orozco et Yanet Fermîn, ainsi qu’Ismael León, Gilber Caro et l’activiste Vilca Fernández étaient également complices, avec le soutien de policiers et de militaires vénézuéliens qui ont déserté le 23 février dernier, a-t-il indiqué.

Selon le ministre, ces criminels ont été entraînés dans des camps paramilitaires pleinement identifiés en Colombie, et ont reçu la collaboration sournoise du gouvernement de Jair Bolsonaro, au Brésil.

Nommé Noël Sanglant, le plan incluait également la participation de l’Exécutif péruvien qui, avec le Brésil, a financé le séjour et la préparation du groupe, a précisé Rodriguez.

‘Les scandales de corruption de Guaidó en Colombie et aux États-Unis ont fait du bruit pour tenter de ternir Noël dans le pays; nous avons des preuves et des témoignages de policiers de l’État de Sucre, ainsi que des vidéo’, a-t-il déclaré.

À cet égard, il a précisé qu’une opération était prévue dans laquelle un groupe de déserteurs dans la ville colombienne de Cali, sous la protection du gouvernement d’Ivan Duque, se dirigeaient vers le Pérou pour planifier la logistique et attaquer les unités militaires au Venezuela.

Le but était d’abattre un avion militaire de la force colombienne, puis de dire que des roquettes de l’armée nationale bolivarienne avaient été utilisées pour créer un faux positif qui aurait servi de cause de guerre aux États-Unis, a spécifié Rodríguez.

À cet égard, il a regretté la mort du soldat Luis Jampier, qui a été brutalement assassiné par ces criminels, et s’est demandé si cette situation préoccupait réellement la haute commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Michelle Bachelet.

‘Il semble que pour certains organismes les seuls à avoir des droits soient ceux de l’extrême droite’, a déclaré Rodriguez, en ratifiant que les Gouvernements colombien, péruvien et brésilien utilisent les déserteurs pour semer la violence, la destruction et la mort, pour ensuite les jeter aux orties.

Le ministre a souligné que le système de défense territoriale avait réagi immédiatement, repoussé l’attaque et récupéré les lance-roquettes et fusils d’assaut de grande puissance.

peo/rgh/lrc

EN CONTINU
notes connexes