lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président brésilien attaque les journalistes

Brasilia, 7 janvier (Prensa Latina) Le Parti des Travailleurs (PT) du Brésil a critiqué aujourd’hui les propos du président, Jair Bolsonaro, qui a de nouveau attaqué les journalistes et a déclaré que lire des journaux désinforme.

Par son compte Twitter, le PT a rejeté la position de Bolsonaro, qui a de nouveau porté atteinte à la liberté d’expression et à la démocratie dans la nation sud-américaine.

La force politique signale que le mandataire a qualifié de race en danger d’extinction les journalistes brésiliens lors de sa dernière déclaration devant les médias à la résidence officielle.

À cette occasion, le dirigeant d’extrême-droite a déclaré que lire des journaux empoisonne, en répudiant un reportage du portail d’information UOL qui montre comment Bolsonaro a utilisé des fonds publics pour sa dernière réélection parlementaire en 2014.

La présidente du PT, Gleisi Hoffmann, a déclaré que Bolsonaro essayait de cacher le désastre du gouvernement et voulait une presse qui lui permette de continuer à diffuser de fausses nouvelles et de manipuler l’opinion publique.

‘Ça ne marchera pas, les journalistes continueront à travailler et l’opposition dénoncera le démantèlement (du pays)’, a déclaré Hoffmann.

À cet égard, l’ancien candidat à la présidence en 2018, Guilherme Boulos, a souligné sur Twitter que Bolsonaro avait diffusé près de deux mensonges par jour en 2019. « C’est plus qu’un manque de caractère. Il est malade », a-t-il manifesté.

L’annulation de l’abonnement au journal Folha de São Paulo, agir contre TV Globo et qualifier un journaliste de terrible visage d’homosexuel sont quelques-uns des faits qui illustrent fin 2019 la position de Bolsonaro envers la presse brésilienne.

Des personnalités du géant sud-américain, comme le député Paulo Teixeira, le professeur d’histoire Marcelo Freixo et l’ingénieur Ivan Valente rejettent le projet du chef de l’Etat contre les médias et affirment qu’il n’a ni grandeur ni dignité pour le poste qu’il occupe.

peo/mgt/Yma

EN CONTINU
notes connexes