mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Scandale à Porto Rico pour une aide jamais apportée aux sinistrés

San Juan, 20 janvier (Prensa Latina) Alors que des milliers de sinistrés questionnent aujourd’hui l’aide du Gouvernement portoricain à la suite des récents tremblements de terre, un entrepôt de fournitures de première nécessité datant d´il y a plus de deux ans, lorsque l’ouragan Maria a frappé l´île, a été découvert.

La plainte, qui a commencé à circuler sur les réseaux sociaux, a amené la gouverneure Wanda Vázquez à renvoyer le commissaire du Négociateur (Comité) chargé de la gestion des situations d’urgence et de la gestion des catastrophes, Carlos Acevedo, et à ouvrir une enquête.

Selon les rapports, un groupe de citoyens aurait découvert le dépôt dans la région de La Guacha, dans la municipalité de Ponce, située à environ 120 kilomètres au sud de San Juan.

Il y avait de l’eau en bouteille, des aliments pour bébés, des céréales, des auvents, des lits de camp, des batteries, du gaz propane, des mini-poêles, des draps, des gants et des douches portables, entre autres articles de base, dont certains étaient déjà périmés.

‘Ce que nous ressentons c’est de l’indignation, et cette mauvaise gestion des approvisionnements va provoquer le le fait que le gouvernement fédéral continue de retenir l’aide à Porto Rico’, a déclaré le médecin Martin Scamaroni, Directeur du centre de désintoxication et de liaison sur l’île.

Quelques heures avant sa destitution, en entretien avec le quotidien local El Nuevo Dia, Acevedo a nié que le Négociateur retenait de l’aide, tout en admettant qu’il y avait en stock des intrants datant de l’urgence causée par le dévastateur ouragan Maria en septembre 2017.

De son côté, la maire de la ville de Ponce, Marîa Meléndez, a affirmé qu’elle ignorait l´affaire, car « personne ne m’en a jamais parlé », ce que les citoyens ont mis en doute.

« Tout ce qu’on savait, c’est qu’à Ponce, il y avait un entrepôt fédéral géré par la FEMA (Agence fédérale pour la gestion des urgences), mais je n’ai jamais su ni vu l’entrepôt », a essayé de justifier la maire.

Pour l’une des volontaires de l’initiative Groupes Unis pour Nos Frères du Sud, « cela pleure aux yeux de Dieu. Dans cet entrepôt, il y a beaucoup de fournitures dont les victimes des tremblements ont besoin ».

Selon la publication, les articles découverts ont été diffusés dans un climat de fête à la suite du licenciement d’Acevedo; cependant, les personnes présentes ont demandé si la démission du commissaire améliorerait la réponse à la situation d’urgence actuelle.

Le 7 janvier dernier, la gouverneure a déclaré l’état d’urgence sur l’île à la suite d’une série de tremblements de terre qui ont fait un mort et causé de graves dégâts.

peo/mgt/dfm

EN CONTINU
notes connexes