samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le gouvernement des États-Unis confirme la restriction des visas pour les femmes enceintes

Washington, 23 janvier (Prensa Latina) Le gouvernement du président étasunien Donald Trump a officiellement publié aujourd’hui une règle permettant de refuser certains types de visas à des voyageuses considérées comme intéressées par le fait d´accoucher sur le sol nord-américain.

Le département d’État a publié une règle finale stipulant que voyager aux États-Unis dans le but principal d’obtenir la citoyenneté étasunienne pour un enfant au moment de l’accouchement est une base inadmissible pour la délivrance d’un visa de non-immigrant B, accordée pour des raisons telles que le tourisme, les affaires ou les soins médicaux.

À la suite de cette mesure, qui a fait l’objet de plusieurs articles de presse ces derniers jours, un fonctionnaire consulaire refusera l’autorisation d’entrée à une personne qu’il estime avoir l’intention de voyager à cette fin.

Cette nouvelle action, qui entrera en vigueur demain, vise à éviter le soi-disant tourisme de maternité et que des enfants naissent ici dans le but de recevoir la nationalité étasunienne.

L’administration Trump a pris de nombreuses mesures pour réduire l’immigration, mais, selon l’agence Associated Press, elle a été particulièrement contrariée par la question de la citoyenneté par droit de naissance.

Le président a menacé de mettre fin à cette pratique, au sujet de laquelle des universitaires et des fonctionnaires lui ont dit que ce ne serait pas une procédure facile et que la restriction des visas aux femmes enceintes serait un moyen d’aborder la question.

Sur la base des nouvelles directives, les demandeuses de visa dont les fonctionnaires consulaires estiment qu’elles viennent aux États-Unis principalement pour des raisons d’accouchement seront traitées comme d’autres étrangers désireux de recevoir des soins médicaux, et devront prouver qu’elles ont l’argent nécessaire pour couvrir les frais y afférents.

Bien que cette règle n’empêchera pas la délivrance de visas à toutes les femmes étrangères susceptibles d’accoucher aux États-Unis, elle reconnaît les risques posés par la poursuite de la politique de visas antérieure, a indiqué le Département d’État.

Selon le journal USA Today, la mise en œuvre des nouvelles directives pourrait poser problème, parce que les fonctionnaires consulaires qui effectuent des entretiens de visa n’ont pas le droit de demander si une femme est en état de gestation ou a l’intention de tomber enceinte.

La nouvelle politique soulève également la question de savoir si une femme pourrait être rejetée par les gardes-frontière qui la soupçonnent d’être enceinte en la regardant, ajoute le média.

Comme l’ont déclaré dimanche dernier plusieurs fonctionnaires au portail numérique Axios, ce n’est là qu’une des mesures que l’exécutif républicain entend prendre dans ses plans pour empêcher les enfants de personnes d’autres pays de bénéficier de la citoyenneté par droit de naissance.

peo/mgt/mar

EN CONTINU
notes connexes