mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une mesure des États-Unis visant à se dissocier des crimes commis au Salvador est critiquée

San Salvador, 30 janvier (Prensa Latina) Le refus de visas des États-Unis concernant 13 anciens militaires salvadoriens a été considéré aujourd’hui comme une manœuvre politique de Washington pour tenter de se dissocier des crimes commis pendant la guerre dans ce pays.

‘Ils veulent se laver les mains et se décharger de leur responsabilité historique pour les violations des droits de l’Homme commises par une armée que les États-Unis ont soutenue sur les plans logistique, financier et politique’, a dénoncé l’analyste Raúl Martínez.

Dans des déclarations à Prensa Latina, Martinez a rappelé le soutien constant des administrations étasuniennes aux corps répressifs au Salvador pendant le conflit armé qui a saigné le pays entre 1980 et 1992.

‘Il s’agit d’une manœuvre visant à donner l’illusion que les blessures de la guerre ont été refermées, et à distraire l’opinion publique du problème de fond’, a déclaré l’activiste des mouvements salvadoriens de solidarité.

La veille, le Département d’État a interdit l’entrée aux États-Unis à 13 anciens militaires accusés d’avoir planifié et exécuté sommairement six jésuites espagnols et deux assistants salvadoriens le 16 novembre 1989.

‘En refusant ces visas, les États-Unis sacrifient leurs chiens de guerre, mais ils ne dédommagent d´aucune manière les victimes du conflit qu’ils ont eux-mêmes promues par leur ingérence’, a souligné Martinez.

Parmi les militaires figurant sur la liste noire, il y a le général Juan Rafael Bustillo qui, la semaine dernière, a reconnu devant un tribunal de Morazan que les forces armées avaient massacré des centaines de civils dans le canton d’El Mozote en 1981.

Ces personnes faisaient partie d’un groupe de hauts responsables issus d’une promotion militaire connue sous le nom de La Tandona, responsable de nombreux crimes de guerre et violations des droits de l’Homme pendant le conflit armé.

peo/rgh/cmv

EN CONTINU
notes connexes