lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une équipe argentine d’anthropologie légale candidate au Nobel de la paix

Buenos Aires, 14 février (Prensa Latina) Le Conseil latino-américain des sciences sociales (Clacso) et l’Université de Quilmes ont proposé hier l’Équipe argentine d’anthropologie médico-légale (EAAF) pour le prix Nobel de la paix.

En justifiant sa candidature, la secrétaire exécutive de Clacso, Karina Batthyány, et le recteur de l’université de Quilmes, Alejandro Villar, ont souligné la tâche de cette organisation scientifique, dédiée depuis 1984 à faire connaître la vérité et à collaborer avec la justice.

Sa création a été encouragée par les Organismes argentins des droits de l’Homme pour rechercher, récupérer, identifier et restituer les victimes de disparition forcée dans le pays entre 1974 et 1983. Elle avait alors compté sur le soutien de Clyde Snow, un anthropologue étasunien, a souligné le Clacso.

Il précise également que l’Équipe a constitué un groupe pionnier de spécialistes qui développent des techniques scientifiques dans le domaine de l’anthropologie sociale, de l’archéologie, de l’anthropologie médico-légale, de l’informatique et de la génétique.

D’autre part, ce conseil souligne que, depuis sa création, cette organisation, aujourd’hui de portée mondiale et travaillant dans plus de 60 pays, a contribué à la recherche de victimes de disparitions forcées, de violences ethniques, politiques, institutionnelles, de genre et religieuses, de trafic de drogue, de traite des personnes et du crime organisé, entre autres.

Son action est fondée sur les principes des droits de l’Homme, du droit international humanitaire et, surtout, sur le respect du droit individuel et collectif à l’identité, à la vérité et à la justice, souligne la note de ce conseil et de l´Université de Quilmes.

Depuis l’identification du corps du guérilléro argentin-cubain Ernesto Che Guevara en Bolivie, jusqu’à son travail méticuleux dans la recherche des corps des soldats tombés dans la guerre des Malouines, l’équipe argentine a travaillé dans des endroits comme la Bosnie, l’Angola, le Timor Oriental, Polynésie française, la Croatie, le Kurdistan, le Kosovo ou encore l´Afrique du Sud.

peo/sgp/may

EN CONTINU
notes connexes