lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Médecins cubains contre l´Ebola, souvenirs de la bataille en Afrique

Par Rosmerys Bernal Piña *

La Havane, 2 mars (Prensa Latina) La solidarité et l’internationalisme de Cuba ressurgissent chaque fois qu’il est fait référence à la coopération médicale insulaire et à sa lutte pour sauver la vie des personnes les plus démunies dans le monde.

‘Zona Roja. Cuba y la Batalla contra el Ébola en África Occidental’ (Zone Rouge. Cuba et la bataille contre l´Ebola en Afrique de l’Ouest) et ‘Vivir siempre el día 21, cara a cara contra el Ébola’ (Vivre toujours le jour 21, face-à-face contre l´Ebola) sont deux livres qui relatent le travail des médecins de la plus grande des Antilles pour combattre cette épidémie aux côtés du peuple frère africain en 2014.

Cuba avait alors envoyé plus de 250 professionnels de la santé au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée Conakry, en réponse à la demande d’aide du Dr Margaret Chan, alors directrice générale de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), et du secrétaire général de l´époque de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki Moon.

L’épidémie d’Ebola de 2014-2016 en Afrique de l’Ouest a été la plus vaste et la plus complexe depuis la découverte du virus en 1976, avec le plus grand nombre de cas et de décès enregistrés au cours de ces deux années.

L’OMS estime que plus de 9 000 personnes ont perdu la vie à cause de la maladie dans cette région, alors que le nombre de personnes contaminées dépasse les 20 mille.

‘Nous sommes des esclaves du devoir, des combattants de la santé et des agents de l’amour’, a récemment exprimé le docteur Carlos Manuel Castro Baras, chef de la brigade cubaine en Guinée Conakry à ce moment-là et auteur du texte ‘Vivre toujours le jour 21, face à face contre l´Ebola’.

Il a expliqué que la mission l’avait incité à écrire au sujet de l´organisation du travail, ce qui l´aidait également à faire face à l’insomnie, en raison des 10 à 12 heures passées sans courant électrique durant les nuits.

Il a ensuite ressenti le besoin d’organiser tout cela pour conserver l’expérience de vie qu’a signifié cette étape en tant que médecin et à la tête des 38 professionnels de la mission en Guinée Conakry.

De son côté, l’essayiste et chercheur cubain Enrique Ubieta raconte la discipline, le courage, le sens de l’humour et la fierté de tous ces professionnels dans son texte ‘Zone Rouge. Cuba et la bataille contre l´Ebola en Afrique de l’Ouest.

Lors de déclarations à Prensa Latina, Ubieta détaille que durant sa présence dans ces pays pour rapporter la situation face à l’épidémie, il a écouté les expériences tant des médecins que des nationaux et a pris de nombreuses photos qui lui ont ensuite permis de mieux décrire les lieux.

Il y a connu différentes histoires et la vision des habitants quant à la présence médicale cubaine sur place, éléments qu’il a ensuite utilisés pour écrire le livre.

‘Pour moi, l’expérience la plus importante a été de connaître les médecins et maintenant d’être ami avec ces personnes que j’admire vraiment. Chaque fois que je fais quelque chose comme ça je grandis, sur le plan humain, personnel et des convictions’, a assuré Ubieta à cette agence de presse.

Les spécialistes envoyés en Afrique pour lutter contre l´Ebola font partie du contingent international Henry Reeve, créé en 2005 et composé de médecins spécialisés dans la lutte contre les catastrophes et les grandes épidémies.

Le ministre cubain de la Santé Publique, José Ángel Portal Miranda, a rappelé que plus de 17 mille professionnels du système de santé cubain avaient manifesté leur disposition à se rendre volontairement dans les pays touchés par le virus.

Il a souligné que la participation à cette campagne mondiale représentait un événement sans précédent dans l’histoire de l’humanité, de Cuba et, en particulier, de la médecine de la plus grande des Antilles.

‘Notre nation a été la première à coopérer, fournissant ce qui était le plus nécessaire : une armée de blouses blanches’, a-t-il précisé.

Lors de la présentation des deux textes à La Havane, des représentants de divers secteurs du pays, y compris des visiteurs étrangers, ont rejeté la campagne menée par le gouvernement des États-Unis contre la collaboration médicale internationale de la nation caribéenne qui aide les peuples qui ont besoin de ce service.

Selon des données officielles, plus de 400 mille collaborateurs de la santé cubains ont effectué des missions dans 164 pays au cours des 56 dernières années, avec dignité, professionnalisme et humanisme.

‘Zone Rouge. Cuba et la bataille contre l´Ebola en Afrique de l’Ouest et ‘Vivre toujours le jour 21, face à face contre l´Ebola’ sont des souvenirs de la lutte contre cette maladie, des exemples qui illustrent le noble travail des professionnels cubains de la santé au quotidien, toujours prêts à offrir leurs connaissances là où elles sont nécessaires.

peo/Alb/Rbp

* Journaliste de la rédaction Science et technique de Prensa Latina

EN CONTINU
notes connexes