vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Nouvelle-Zélande adopte un projet de loi visant à dépénaliser l’avortement

Wellington, 3 mars (Prensa Latina) La Chambre des Représentants de Nouvelle-Zélande a adopté aujourd’hui la deuxième lecture du projet de loi visant à dépénaliser l’avortement dans le pays.

La législation, qui répond au vote de campagne de la première ministre Jacinda Ardern, a été adopté par 81 voix contre 39, une marge plus étroite que sa première évaluation en août.

Toutefois, il y a eu beaucoup de changements dont le fait qu’après 20 semaines les femmes enceintes ont besoin de deux médecins pour signer la procédure.

La réforme s’oriente maintenant vers la phase de comité où les parlementaires peuvent faire de nouveaux changements, puis il sera décidé de l´organisation ou non d´un référendum pour adopter la législation en septembre.

Si elle est adoptée, la nouvelle législation remplacera les lois sur l’avortement en vigueur depuis 1977, qui stipulent que l´avortement ne peut avoir lieu que si deux médecins peuvent certifier que la grossesse met en danger la santé physique de la mère ou sa santé mentale.

‘L’objectif est de moderniser notre loi et de faire en sorte que l’avortement soit traité et réglementé comme un problème de santé’, a déclaré Andrew Little, ministre de la Justice, dans un communiqué.

Le projet propose également la création de zones de santé sûres et interdit aux militants anti-avortement de faire campagne à proximité des cliniques.

Dans le même temps, les défenseurs des droits de l’Homme en matière d’avortement plaident pour que la réforme prolonge la limite des 20 semaines.

Selon les statistiques locales, avec une population de 4,8 millions d’habitants, environ 13 mille avortements ont été pratiqués en Nouvelle-Zélande en 2017.

Les élections du 19 septembre prochain en Nouvelle-Zélande comprennent déjà un référendum sur l’euthanasie et la légalisation du cannabis, ce qui éloignera les décisions de conscience les plus difficiles du Parlement et les mettra sur la table pour que la population puisse se prononcer.

peo/rgh/adr

EN CONTINU
notes connexes