vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Croix-Rouge plaide en faveur du règlement des migrations irrégulières au Honduras

Tegucigalpa, 5 mars (Prensa Latina) Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) a demandé hier de trouver une solution au problème de la migration irrégulière au Honduras et de s’attaquer à ses causes structurelles.

Lors de déclarations à la presse, le chef de la délégation régionale du CICR au Mexique et en Amérique Centrale, Jordi Raich a souligné que la situation de violence et de pauvreté dans les pays du centre du continent sont les principales causes des migrations non régulées.

‘Le plus grand défi est de savoir comment changer cela et trouver une solution. Nous savons tous que nous entrons dans un territoire complexe et ambigu qui est de s’attaquer aux causes principales de la migration’, a déclaré le représentant.

Il a également fait valoir que le sous-développement, les inégalités, l’absence d’avenir et les problèmes d’étude sont parmi les causes qui poussent les centraméricains à quitter leurs foyers à la recherche du dénommé « rêve américain ».

À cet égard, Raich a estimé qu’il était possible de s’attaquer à ces causes, mais il a ajouté qu’il s’agissait d’une solution à très long terme, alors que les autorités de ces pays ne parviennent pas à trouver une solution urgente à ce phénomène.

D´autre part, il a estimé que mettre fin au sous-développement, c’est en quelque sorte comme dire que l´on va mettre fin aux guerres dans le monde, c’est possible, pas entièrement, mais on peut essayer de faire moins de guerre, moins de conflits et améliorer les conditions de vie.

Raich a assuré que certains pays d’Amérique Centrale, où vivent plus de 45 millions de personnes et dont près de la moitié sont pauvres, ont amélioré l’accès de la population aux services de santé et d’éducation et cherchent à donner aux jeunes une perspective d’avenir qui les encourage à rester sur leur territoire.

Enfin, le représentant de la Croix-Rouge a ajouté que l’Amérique Centrale avait besoin de politiques mieux coordonnées et orientées vers la recherche de solutions, en particulier concernant le Triangle Nord, considéré comme l’une des zones les plus violentes du monde.

peo/agp/odf

EN CONTINU
notes connexes