jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le COVID-19 arrive au Panama et les autorités évaluent un médicament cubain

Panama, 10 mars (Prensa Latina) Le premier cas du nouveau coronavirus (COVID-19) a été enregistré au Panama et les autorités sanitaires ont exprimé aujourd’hui la possibilité d’utiliser l’Interferon Alpha 2B recombinant, un médicament breveté et produit par Cuba.

Lors de déclarations à la presse, la directrice nationale de la Pharmacie et des Drogues au Ministère de la Santé (Minsa), Elvia Lau, a expliqué que le médicament cubain est utilisé en Chine avec une très bonne efficacité chez les patients qui présentent un état avancé de la maladie.

Elle a précisé qu’il y avait au Panama trois interférons avec un registre sanitaire, dont l´Alpha 2B recombinant, de sorte qu’il n’y aurait pas de problème pour l’acquérir.

Son appréciation a été partagée par la ministre conseillère à la Santé, Eyra Ruiz, qui a souligné que ‘si son efficacité a été démontrée, bien sûr que nous l’utiliserons’.

Ruiz a avancé que depuis deux mois, Minsa et la Caisse de sécurité sociale achètent du matériel et des intrants pour adapter les salles de soins intensifs, ce qui montre « que nous sommes prêts à faire face à cette situation sanitaire ».

Le médicament cubain est actuellement produit à l’usine chino-cubaine ChangHeber, installée dans la province de Jilin du géant asiatique, et est l’un des produits créés par l’industrie de biotechnologie insulaire pour le traitement des infections virales dues au VIH, au papillome humain et aux hépatites B et C.

Selon le Dr Luis Herrera Martinez, conseiller scientifique et commercial du président de BioCubaFarma, le médicament est l’un des quelque 30 médicaments choisis par la Commission nationale de la santé de Chine pour soigner l’affection respiratoire et sa sélection s’explique par l’efficacité précédemment démontrée face à des virus présentant des caractéristiques similaires à celle-ci.

L’expert a ajouté que l’un de ses avantages était que, face à de telles situations, il s’agissait d’un mécanisme de protection et que son utilisation empêchait les patients susceptibles de voir leur état s’aggraver.

La veille, la ministre de la Santé, Rosario Turner, a confirmé le premier cas de ce type de coronavirus sur le territoire national, une panaméenne de 40 ans qui est entrée dans le pays dimanche dernier par l’aéroport international de Tocumen en provenance d’Espagne.

peo/asg/npg

EN CONTINU
notes connexes