lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Président du Brésil signe aux États-Unis un accord militaire avec le Commandement Sud

Brasilia, 10 mars (Prensa Latina) Le président Jair Bolsonaro a signé un accord militaire au siège du Commandement Sud à Miami, lequel permettra au Brésil de vendre du matériel et de réaliser des projets avec les forces armées des États-Unis, ont indiqué hier des médias locaux.

‘C’est un accord historique’, a manifesté le chef du Commandement Sud, l’amiral Craig S. faller, qui a reçu Bolsonaro au siège de Southcom, à Doral, faisant de lui le premier mandataire brésilien à visiter l’institution responsable des opérations militaires de la puissance étasunienne en Amérique Latine et dans les Caraïbes.

En simplifiant les formalités administratives, le projet permettra au Brésil d’exporter vers l’industrie de la défense nord-américaine et ouvrira la voie aux ventes aux pays membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

Bolsonaro a commencé samedi sa quatrième visite aux États-Unis depuis son accession à la présidence en janvier 2019 et a de nouveau dîné avec Donald Trump, qu’il considère comme son « idole ».

La première visite officielle avait eu lieu du 17 au 19 mars 2019.

Peu importe le fait de briser ainsi une tradition des présidents élus brésiliens qui était d’effectuer leur première visite officielle en Argentine, l’ancien militaire est parti à Washington, fait que de nombreux analystes ont qualifié de voyage symbolique et de confirmation d’obéissance aux desseins de la puissance nord-américaine.

Bolsonaro et Trump ont des personnalités similaires et s’entendent sur de nombreuses façons d’aborder la politique et les stratégies de communication.

L’ancien capitaine de l’armée est connu comme le « Trump tropical » pour sa violente rhétorique et son abus des réseaux sociaux au détriment de la presse traditionnelle.

Les médias brésiliens signalent que depuis son arrivée aux États-Unis le mandataire d’extrême droite évite tout contact avec la presse.

peo/mgt/ocs

EN CONTINU
notes connexes