lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Emploi aux États-Unis d´une suggestion d´un médecin cubain contre la pandémie

Washington, 25 mars (Prensa Latina) Les États-Unis ont autorisé l’emploi d’une suggestion d’un médecin cubain résidant dans ce pays comme palliatif contre l’épidémie de Covid-19, informent aujourd’hui les médias locaux.

Arturo Cassadeval, chercheur de l´Université Johns Hopkins et originaire de la ville cubaine de Santi Spíritus, a abordé le problème en février dans un article d’opinion dans The Wall Street Journal.

Le spécialiste a suggéré que l’utilisation de plasma pour les patients atteints du virus pourrait aider à contenir la pandémie en attendant la découverte d’un vaccin, ce qui pourrait prendre entre 12 et 18 mois.

Le nouveau traitement a été autorisé mardi par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, qui autorise l’utilisation de nouveaux médicaments, vaccins et autres produits de santé publique dans le pays.

La FDA a annoncé que cette méthode ne peut être utilisée que pour les patients qui sont dans un état critique et dont la vie est en danger et que les médecins qui l’administrent devront demander une autorisation préalable.

Le projet COVID-19 de Plasma Convalescent est composé de médecins et de scientifiques de plus de 20 institutions qui se sont réunis ces dernières semaines pour développer une formule permettant de lutter efficacement contre le nouveau coronavirus.

L’idée sera déployée dans la ville de New York, considérée aujourd’hui comme l’épicentre du mal aux États-Unis et qui enregistre, selon des chiffres récents, plus de 25.600 cas contaminés par le virus.

La suggestion, compte tenu de son utilisation positive contre la dénommée « grippe espagnole » d’il y a près d’un siècle qui a tué des millions de personnes, défend notamment les considérations selon lesquelles un antidote à la pandémie ou des palliatifs peuvent être trouvé dans les efforts antérieurs contre les maux qui ont frappé l’humanité.

Les recherches actuelles ont été lancées à l’Université Johns Hopkins de Baltimore dans le but de ralentir la progression de la maladie et de traiter les patients avec du plasma sanguin de ceux qui ont déjà guéri de la maladie.

Selon Cassadeval, ce traitement n´est pas récent et a également été utilisé lors de l’épidémie de grippe de 1918, époque où les vaccins modernes et les médicaments antiviraux n’existaient pas.

Andreu Cuomo, gouverneur de New York, a signalé que c´est « un essai pour les personnes dans un état grave, mais le Département de la Santé d’État a travaillé avec quelques-unes des meilleures agences de santé de la ville et nous pensons que qu´il est prometteur, et nous allons commencer (à l´utiliser) cette semaine ».

« C’est une grande nouvelle. Quand nous avons commencé à en parler il y a quelques semaines, c’était juste une idée, et maintenant il semble que cela va devenir une réalité », a déclaré Casadevall, un expert en maladies infectieuses de l’école de Santé Publique Bloomberg de Johns Hopkins.

Des médecins de près d´une demie douzaine d’hôpitaux se sont unis aux efforts de l´Université Johns Hopkins, notamment des chercheurs de la clinique Mayo dans le Minnesota, du Centre médical de l’Université Stanford en Californie et de l’École de médecine Albert Einstein à New York.

peo/rgh/lb

EN CONTINU
notes connexes