lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba réaffirme son soutien à l’ancien président de l’Équateur Rafael Correa

La Havane, 8 avril (Prensa Latina) Le chancelier de Cuba, Bruno Rodriguez, a confirmé hier le soutien de la nation caribéenne à l’ancien président de l’Équateur Rafael Correa (2007-2017), condamné à une peine d’emprisonnement pour de prétendus liens à des faits de corruption.

Dans un message publié sur son compte Twitter, le chef de la diplomatie cubaine a rejeté les accusations portées contre l’ancien mandataire, qualifiées par Correa lui-même de persécution politique.

Nous réaffirmons notre soutien et notre confiance à l’ancien président de l’Équateur, Rafael Correa. Nous rejetons les poursuites judiciaires politiquement motivées contre les leaders de gauche en Amérique Latine, a écrit Rodriguez.

Hier, un tribunal équatorien a déclaré l’ancien président coupable d’un délit de corruption et l’a condamné, en première instance, à huit ans de prison et 25 ans d´inéligibilité pour l’affaire dite des pots-de-vin (2012-2016).

Le processus décrit un réseau présumé de corruption monté sous le gouvernement de Correa, impliquant des entreprises nationales et étrangères comme la société brésilienne Odebrecht.

Il s’agissait prétendument de recevoir des paiements pour financer le mouvement politique Alianza País en échange de contrats millionnaires, selon les accusations.

Correa lui-même a dès le début remis en question le procès, l’impartialité des juges et les prétendues irrégularités commises.

D´ailleurs, peu avant l’audience d’aujourd’hui, sur Twitter, des fonctionnaires anonymes ont divulgué et fait circuler des informations avec des e-mails entre la secrétaire du Parquet General, Diana Salazar, et le juge Ivan Leon, concernant la condamnation.

Je vous ai dit que c’était un show et que tout était préparé. Avec la fuite d´informations d’hier, ils ont juste changé la responsabilité de ‘domaine organisationnel’ en ‘manquement au devoir’, et ils ont rajouté des charges parce qu’ils étaient en colère suite aux fuites, a écrit l’ancien président à ce sujet.

peo/agp/ebr

EN CONTINU
notes connexes