dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba, la Covid-19 et le fantôme des asymptomatiques

Par Martha Cabrales Arias

Santiago de Cuba, 19 avril (Prensa Latina) Le nombre croissant de personnes asymptomatiques parmi les cas confirmés de Covid-19 est aujourd’hui dans les statistiques à Cuba l’un des éléments les plus préoccupants dans la lutte contre la pandémie.

 Plus de 80 pour cent du nombre total de personnes infectées au cours de la dernière journée (chiffres du samedi) présentaient ce risque, selon le Dr Francisco Duran, Directeur d’Épidémiologie au Ministère de la Santé Publique (Minsap) qui a constamment insisté sur ce point.

Dans le même sens, le ministre cubain de la Santé Publique, José A. Portal, s’est exprimé dans l’émission télévisée Mesa Redonda de ce vendredi, considérant que ces centaines d’individus, apparemment en bonne santé, constituent une menace en raison de leur forte probabilité d’infecter d’autres personnes avec le SRAS-Cov-2.

Pour des raisons évidentes et dangereuses, ces cubains infectés sans que leur organisme n’ait donné d’avertissement, rendent beaucoup plus complexe la détection et le protocole de surveillance et de traitement qui en résulte et qui favorisent leur guérison et coupent la chaîne de contagion.

Seul un suivi rigoureux des contacts des malades a permis la découverte de ces porteurs de l’agent pathogène, qui échappent au contrôle des enquêtes quotidiennes menées à domicile par des étudiants en sciences médicales parce qu’ils n’ont pas les symptômes inclus dans les questions.

Face à cette réalité, il est d’autant plus urgent d’élever la perception de risque de la population et de respecter les prescriptions des autorités sanitaires comme l’isolement social et celles correspondant à l’hygiène personnelle et familiale.

Pour ceux qui errent sans véritable nécessité dans les rues et autres espaces publics, après tant d’appels à l’attention et d’exhortations à rester à la maison, cette épée de Damoclès plane sur eux et, ce qui est encore pire, sur la vie de ceux qui, innocemment, croisent leur chemin.

Alors que les chiffres continuent d´augmenter, que le sort est entre les mains des compatriotes eux-mêmes parce qu’il n’y a plus guère de cas importés ou liés à l´étranger et que le pays passe encore par la phase de transmission autochtone limitée, il faut bien ouvrir les yeux face à cette conjoncture.

Dans le résumé de samedi dernier du Minsap, sur les 63 nouveaux malades confirmés, l´infection de 14 d´entre eux n´a pas pu être identifiée, ce qui ajoute de la complexité au processus.

C’est pourquoi l’accent est mis sur la restriction des déplacements comme clé pour freiner la pandémie et en particulier cette ‘bombe à retardement’ qui guette depuis le silence par le biais des asymptomatiques.

peo/ifb/mca

EN CONTINU
notes connexes