samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président Fernández défend l’impôt sur la richesse en Argentine

Buenos Aires, 19 avril (Prensa Latina) Le président argentin, Alberto Fernández, a défendu aujourd’hui le projet de loi qui impose un impôt unique sur les grandes fortunes pour contribuer à résoudre la situation délicate de la chute de l’activité économique et du Covid-19.

 Dans une interview au quotidien La Voz del Interior, le mandataire a noté que cette initiative ne viole pas les normes et n’est pas comparable aux Bienes Personales, impôt qui grève le patrimoine.

L’initiative vise à ce que les personnes ayant un patrimoine supérieur à trois millions de dollars paient un tribut qui sera de deux à trois pour cent et sera facturé une seule fois pour faire face aux investissements que demande aujourd’hui la bataille contre la pandémie.

Selon les dernières données, il concernerait environ 12 mille personnes, soit 0,08 % de la population économiquement active mesurée régulièrement par l’Institut national des statistiques et du recensement.

Il a par ailleurs souligné que si la crise engendrée par la pandémie a mis quelque chose en évidence, c’est qu’il existe d’énormes asymétries entre les régions du pays, et c’est pourquoi il a insisté une fois de plus sur le fait de « travailler pour devenir véritablement une nation fédérale ».

« C’est un pays fortement concentré autour de Buenos Aires et le reste en souffre. Il y a une Argentine plus riche, qui est celle du centre, qui vit de la campagne. Le reste souffre, je pense que nous devons repenser le pays, nous pouvons le recréer », a-t-il affirmé.

Au sujet de la pandémie et des résultats de l’isolement social en Argentine, il a souligné que quand il dit que la quarantaine a permis de ralentir la contagion, « cela ne veut pas dire que les gens se détendent et sentent que le problème est donc terminé, car c´est loin d’être fini ».

Le mandataire a de nouveau insisté pour que ceux qui ont besoin de quitter la maison le fasse, mais que le reste de la population doit rester à domicile pour éviter la propagation du virus.

peo/Jha/may

 

EN CONTINU
notes connexes