samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les putschistes évaluent l’ouverture du lithium aux transnationales en Bolivie

La Paz, 26 avril (Prensa Latina) Le gouvernement de facto de la Bolivie évalue aujourd’hui l’ouverture du domaine salin d’Uyuni (Potosi) à des sociétés transnationales, une décision qui, selon les experts, vise à privatiser le lithium nationalisé par l’ex-président Evo Morales (2006-2019).

 Le ministre de l’Economie du régime de facto, José Luis Parada, a déclaré lors du XIIe Forum Economique Virtuel ‘Défis de l’économie et effets du Covid-19’ -réalisé le 23 avril par l’Université Privée de Santa Cruz- que deux ou trois entreprises de différents pays investiront dans cette ressource.

Parada a également annoncé l’introduction future d’OGM dans l’agro-industrie.

La Bolivie compte 21 millions de tonnes métriques de métal souple dans le domaine d’Uyuni, considéré comme la plus grande réserve géologique du monde certifiée par le consultant nord-américain SRK sur 64 pour cent de sa plaine, et ce après avoir creusé des puits de 50 mètres de profondeur.

Le 1er mai 2006, Evo Morales a promulgué le décret suprême 28701 qui a nationalisé les ressources naturelles en faveur du peuple bolivien et a réactivé l’entreprise publique Yacimientos Petrolíferos Fiscales Bolivia (YPFB) comme la plus importante du pays.

Après le coup d’État contre Morales en novembre dernier, le processus d’industrialisation du lithium s’est arrêté et les décisions prises par le gouvernement de l’autoproclamée présidente Jeanine Áñez, critiquées à l’intérieur et à l’extérieur du pays, visent à enrichir une minorité et à remettre les ressources naturelles à des entreprises étrangères.

peo/acl/nmr

EN CONTINU
notes connexes