mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Buenos Aires, entre le Covid-19 et la dengue

Buenos Aires, 29 avril (Prensa Latina) En pleine lutte contre une pandémie qui laisse en Argentine plus de quatre mille cas, dont 207 victimes fatales, cette capitale, qui concentre la grande majorité des malades, fait également face aujourd’hui à la dengue.

 Avec la province de Buenos Aires, les habitants de la capitale enregistrent la plus forte contagion, mais une zone est particulièrement touchée, le quartier de Flores de Buenos Aires, qui en plus d’avoir plusieurs cas positifs de Covid-19, comprend un nombre important de patients affectés par la maladie que transmet le moustique Edes aegypti.

Flores est le quartier jusqu’à présent le plus touché par le nouveau coronavirus dans la capitale fédérale, avec 12 pour cent de contagions, soit environ 100 cas, bien que l’on enregistre aussi beaucoup de contagions dans des bidonvilles à fort pouvoir d’achat comme Belgrano, Palerme, Recoleta, et à Balvanera.

Outre les personnes infectées par le virus, une autre grande préoccupation s’ajoute à cette crise sanitaire. Selon les données du ministère de la Santé local, il y a 5.221 cas de dengue, dont 660 ont été signalés la semaine dernière.

Jusqu’à présent, les chiffres de la dengue, qui depuis le début de cette 2020 a touché plus de sept mille habitants de la capitale, laisse également à déplorer un décès.

Dans le cadre de l’isolement social, préventif et obligatoire qui règne dans le pays depuis le 20 mars dernier, le gouvernement de la province suit de pair les recommandations concernant le Covid-19 et un important programme de sensibilisation à la lutte contre la dengue et demande aux habitants d’éviter de conserver et de stocker des récipients qui accumulent de l’eau dans les espaces extérieurs, tels que les patios, les terrasses et les balcons.

Par plusieurs décrets, dont celui de porter des masques de manière obligatoire pour tous, la capitale est frappée par deux maladies, qui tiennent en haleine de nombreux habitants.

peo/jcm/may

EN CONTINU
notes connexes