lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´achat d’armes aux États-Unis a violé la souveraineté du Mexique

Mexique, 12 mai (Prensa Latina) L’opération ‘Rápido y Furioso’ du gouvernement de Felipe Calderón (2006-2012) a été plus que grave en raison des morts causées par des armes achetées aux Etats-Unis et pour la violation de la souveraineté nationale, a estimé hier le président Andrés Manuel López Obrador.

 Lors d’une conférence de presse, le président du Mexique a souligné que cette dernière condition avait motivé la décision de présenter une note diplomatique au gouvernement des États-Unis pour en savoir plus sur la portée de l’opération.

Interrogé sur les détails de la note diplomatique, López Obrador a déclaré que la Chancellerie fournira des détails sur l’état de cette procédure, mais les informations publiées à partir des documents déclassifiés aux États-Unis ont clairement montré que le procureur de l’époque, Eduardo Medina Mora, était au courant de l’opération.

Le fonctionnaire était en contact avec le Bureau du Procureur nord-américain, il reste maintenant à savoir si Medina Mora a informé le président Felipe Calderón, qui, a dit López Obrador, a assuré qu’il n´était pas au courant de l’opération.

Cependant, Lopez Obrador a souligné que Calderon avait affirmé, en condamnant cette introduction d’armes,  que « plus jamais un gouvernement étranger ne peut intervenir et violer notre souveraineté. Des gens armés ne peuvent pas entrer, ils ne peuvent pas nous envahir. C’est très grave, nous allons demander des informations ».

peo/npg/Lma

EN CONTINU
notes connexes