jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le président du Venezuela rejette les accusations sans fondement des États-Unis

Caracas, 8 juin (Prensa Latina) Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a rejeté hier des accusations sans fondement du gouvernement des États-Unis sur les liens supposés du pays sud-américain avec les protestations contre la violence raciale rapportées dans la nation nord-américaine.

Dans des déclarations aux médias, le mandataire a rejeté une information publiée dans le journal Miami Herald, dans laquelle un fonctionnaire non identifié a affirmé -sans apporter aucune preuve- que Washington possède des renseignements sur une infinité d’individus proches du régime de Maduro liés aux manifestations.

‘Maduro est-il coupable du meurtre de George Floyd, Maduro est-il coupable du meurtre de 700 Afro-Américains au cours des sept dernières années, Maduro est-il coupable de l’oppression, de la répression, de la brutalité policière aux États-Unis ? ‘, a questionné le chef de l’Etat en référence à la campagne médiatique.

À cet égard, le président du Venezuela a affirmé que l’éveil du peuple nord-américain, au-delà de répudier la mort par asphyxie de Floyd aux mains d’un policier de race blanche, constitue une protestation contre tout un système de racisme et de répression structurelle.

‘La première expression politique post-pandémie, de grands changements à venir dans l’humanité, est ce soulèvement populaire, spontané et florissant de la jeunesse et du peuple des États-Unis contre les suprémacistes blancs’, a-t-il souligné.

Maduro a également déploré les brutalités policières contre les manifestations signalées dans des centaines de villes des États-Unis, principalement des manifestations pacifiques de rejet de l’oppression et de la ségrégation systématiques à l’encontre des minorités raciales aux États-Unis.

peo/agp/Wup

EN CONTINU
notes connexes