mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des journaux étasuniens réfutent la fraude électorale en Bolivie

Buenos Aires, 10 juin (Prensa Latina) L’ancien président de la Bolivie Evo Morales a souligné aujourd’hui les articles des journaux nord-américains The New York Times et The Washington Post qui réfutent une prétendue fraude lors des élections générales du pays sud-américain en octobre 2019.

Les textes des deux rotatifs se joignent à d’autres qui démentent le discours de l’Organisation des États Américains (OEA), accusant Morales et sa formation Mouvement Vers le Socialisme (MAS) d´avoir falsifié les résultats du décompte des voix, argument qui a servi de prétexte à l’opposition pour perpétrer un coup d’État.

Sur le réseau social Twitter, l’ancien président a rappelé le sénateur républicain pour l’État de Virginie, Richard Black, qui, dans une interview donnée à l’agence de presse russe Spoutnik à la fin de l’année dernière, a souligné l’implication de l’administration de Donald Trump dans les événements, compte tenu de son intérêt pour le lithium bolivien.

La nation sud-américaine possède les plus grandes réserves mondiales de ce minerai, essentiel pour la construction de batteries et de composants pour des équipements de dernière génération, entre autres, et l’accès à ces sources est convoité par les grandes entreprises nord-américaines, alors que le gouvernement de Morales nationalisait ces ressources.

« Il y a eu une préoccupation quant au fait que les Chinois commencent à exercer une influence en Bolivie. Et que d’une certaine manière, cela aurait pu rendre plus difficile le fait que les États-Unis obtiennent du lithium pour les batteries que nous utilisons maintenant dans les voitures. Je pense que cela faisait au moins partie de l’équation», a déclaré Black à Spoutnik.

Le gouvernement de facto de la présidente autoproclamée Jeanine Áñez a annulé le contrat signé par le gouvernement de Morales avec la société allemande ACI System pour l’exploitation industrielle de ce minerai, projet dans lequel la Bolivie aurait eu une participation majoritaire et des bénéfices estimés à 4,5 milliards de dollars par an.

peo/ode/avs

EN CONTINU
notes connexes