vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Corée du Sud poursuivra des groupes civils pour avoir envoyé de la propagande anti-RPDC

Séoul, 10 juin (Prensa Latina) La Corée du Sud a annoncé aujourd’hui qu’elle déposerait un recours juridique contre deux groupes civils pour avoir envoyé de la propagande hostile contre la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC), ce qui a conduit à la cessation des communications entre les deux pays.

Selon le Ministère de l’Unification, le Gouvernement poursuivra ces groupes pour violation de l’accord de coopération et d’échanges intercoréens et leur retirera l’autorisation d’opérer.

C’est ainsi que Séoul cherche à résoudre les nouvelles tensions avec la RPDC, qui a décidé hier de couper toutes les communications téléphoniques en réponse à l’envoi continu de tracts contenant des messages hostiles depuis l’État voisin.

Selon l’agence de presse KCNA, la mesure est en vigueur à partir de mardi midi et implique la cessation des échanges depuis le bureau de liaison situé à la frontière commune, la ligne directe entre le Parti des Travailleurs nord-coréen et le bureau présidentiel sud-coréen et les militaires.

Il a été déploré que la Corée du Sud n’ait pas empêché les actes anti-RPDC et ainsi écarté la nécessité d’avoir des discussions face à face avec ses autorités.

Entre autres aspects, la KCNA a indiqué qu’il s’agit d’une première étape pour éliminer complètement tout type de contact avec Séoul.

Vendredi dernier, Pyongyang a mis en garde contre la fermeture du bureau de liaison intercoréen, ouvert dans la ville frontalière de Kaesong en 2018, si l’envoi de tracts de propagande hostile persistait.

Pour sa part, le ministère sud-coréen de la Défense a déclaré ce mercredi qu’il mettrait en œuvre l’accord visant à réduire la tension militaire dans la péninsule et favoriser les efforts de la politique gouvernementale pour faire avancer le processus de paix.

La dénucléarisation et le rapprochement intercoréen sont au point mort à la suite de l’échec du sommet au Vietnam du dirigeant de la RPDC Kim Jong-un et du président étasunien Donald Trump en février 2019.

Pyongyang critique l’attitude ambiguë de Séoul en faveur de la promotion de liens bilatéraux, sans pour autant incommoder les États-Unis ni lever les sanctions unilatérales.

Dans le même temps, la Corée du Sud tente par tous les moyens de maintenir des liens intercoréens.

Le président sud-coréen Moon Jae-in lui-même a déclaré qu’il mettrait tout en œuvre pour renouer le dialogue avec le Kim Jong-un voisin, quel que soit le lieu ou le format.

peo/mem/ymr

EN CONTINU
notes connexes