lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les Palestiniens pourraient répondre par une Intifada au plan annexionniste israélien

Par Adalys Pilar Mireles

Le Caire, 10 juin (Prensa Latina) Le secrétaire général de l’organisation Al-Fatah en Égypte, Mohamed Ghareeb, a averti aujourd’hui qu’une nouvelle intifada pourrait éclater en réponse au plan israélien d’annexer à son territoire des parties de la Cisjordanie.

Personne ne peut prédire l’ampleur de la colère populaire, la réaction peut prendre de nombreuses formes au-delà des manifestations, a alerté le dirigeant lors d´un entretien accordé à Prensa Latina.

Le gouvernement israélien prévoit de faire avancer son projet annexionniste à partir de juillet prochain, malgré le rejet d’organisations et de nombreuses voix de la communauté internationale.

Dans cette perspective, a-t-il ajouté, qui diverge nettement des propositions antérieures de règlement du conflit, les dirigeants palestiniens ont rompu les accords avec Tel-Aviv, y compris les accords d’Oslo (1993) qui comprennent des chapitres sur des questions de sécurité tant dans la bande de Gaza qu’en Cisjordanie.

Dans cette dernière zone vivent environ 700 mille colons juifs au sein de colonies illégales.

Cette détermination signifie, en outre, arrêter toute forme de coordination et de communication entre les deux parties, a-t-il précisé.

Évoquant les efforts de l’Autorité Palestinienne (AP) et d’autres organismes, Ghareeb a souligné que des initiatives diplomatiques étaient en cours pour mobiliser l’appui du reste du monde.

‘Notre peuple, qui souffre de l’occupation, des mesures arbitraires et agressives, fera tout ce qui est en son pouvoir pour mettre fin à l’annexion ; mais il a besoin de la solidarité de nombreux pays pour empêcher le régime sioniste de mener à bien cette politique’.

Nous devons travailler ensemble à la création d’un État palestinien indépendant, a souligné le dirigeant du Mouvement de libération nationale (Al-Fatah).

L’AP a catégoriquement rejeté le programme israélien qu’elle considère comme conforme au controversé Accord du Siècle présenté en janvier par le président étasunien Donald Trump.

En vertu de ce texte, les Palestiniens jouiraient d’une autonomie limitée au sein d’une patrie discontinue et la vallée du Jourdain serait laissée à Tel-Aviv.

Il déclare également Jérusalem, revendiquée des deux côtés, comme capitale indivisible d’Israël.

La mise en œuvre du projet lancé par le premier ministre Benyamin Nétanyahou détruirait toute perspective de paix dans la région, a récemment souligné le chef de l’AP, Mahmoud Abbas.

La première Intifada, ou révolte des pierres, est née en 1987 pour faire face à l’occupation israélienne et aux conditions insoutenables qui en découlent, telles que les restrictions de mouvement et la répression systématique de la population civile.

peo/ode/ap

 
EN CONTINU
notes connexes