mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Obtenir des dollars est le mot d’ordre au Liban

Par Armando Reyes Calderín

Beyrouth, 9 juillet (Prensa Latina) L’anxiété d’obtenir des dollars au Liban provoque aujourd’hui un tel niveau de désespoir dans la citoyenneté que la devise verte est devenue le principal article de consommation.

L’effondrement financier a conduit le peuple libanais à une recherche frénétique de devises en raison de la dépréciation constante de la monnaie locale. En début de journée, il fallait 8.500 livres libanaises pour un dollars étasunien, alors que le taux officiel est maintenu à 1.500.

Pour obtenir un billet vert, les citoyens contournent les réglementations labyrinthiques qui n’autorisent que l’achat de 200 dollars par personne.

Ceux qui peuvent acquièrent des biens de luxe tels que des bijoux, des biens immobiliers ou des voitures afin que leurs dollars conservent une certaine valeur face au gel de leurs comptes bancaires décrété par les autorités bancaires.

Le désespoir exacerbe encore le ressentiment à l’égard de l’élite politique et du système bancaire, et les manifestations se tournent parfois vers la violence pour exprimer leur mécontentement, bien que certains soupçonnent que ce comportement obéit à des agendas étrangers.

« Ils vont nous écraser contre un mur », a déclaré Chris Georgian, un étudiant de 25 ans, qui essaie d’obtenir 600 dollars pour continuer ses études dans une université en Arménie.

Le désespoir a conduit un homme de 61 ans à se suicider dans une rue de la banlieue animée de Hamra, et il est dit que ce n’est pas le seul suicide dû à l’angoisse de la situation économique.

Pendant la guerre civile libanaise (1975-1990) et l’invasion et l’occupation d’Israël dans le sud et à Beyrouth, on a vu des queues pour de l’eau ou du pain, mais le pays était plein de dollars, rappellent les observateurs.

À partir de 1997, la monnaie locale a été rattachée à la devise nord-américaine et un taux de 1.500 pour un dollars a été fixé jusqu’en octobre dernier, date à laquelle un soulèvement populaire a éclaté contre le gouvernement et le système politique.

Cette stabilité reposait sur les profits de l’élite dirigeante qui tirait profit des envois de fonds et des investissements étrangers directs en raison des intérêts élevés que les banques offraient aux déposants.

Mais le système s’est effondré lorsque les envois d´argent et les investissements ont diminué ces dernières années, et qu’une crise de liquidité du billet vert s’est produite, la monnaie nationale a alors perdu près de 85 pour cent de sa valeur.

Des milliers de personnes sont tombées sous le seuil de pauvreté, tandis que les salaires ne valent qu’une fraction de ce qu’ils ont été autrefois, avec une inflation de plus de 50 pour cent sur les produits de base.

peo/tgj/arc

EN CONTINU
notes connexes