dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une la loi sur l’immigration respectant les droits de l’Homme exigée au Chili

Santiago du Chili, 15 juillet (Prensa Latina) Des partis politiques, organisations et mouvements sociaux ont exigé du gouvernement une législation qui garantisse les droits de l´Homme des migrants et respecte les obligations des traités internationaux ratifiés par le Chili.

Dans une déclaration publique, ces forces ont en outre exigé qu’une législation sur la question des migrations, qui est examinée par le Congrès, respecte les droits fondamentaux que la Constitution garantit à tous.

Les signataires notent que le projet de loi actuel ne prévoit pas de voies adéquates de régularisation migratoire, dont dépendent l’exercice de tous les droits de l’Homme des migrants et la garantie de meilleures conditions de travail pour tous les travailleurs, nationaux ou non.

Face aux lacunes de l’actuel projet de loi sur les migrations et les étrangers, les signataires ont demandé au Sénat d’approuver plusieurs modifications, notamment la mise en place d’un mécanisme de régularisation des migrations auquel toutes les personnes migrantes peuvent accéder sans discrimination.

Il est également demandé de permettre le changement de statut migratoire sur le territoire national et incorporer l’Accord de résidence du Mercosur comme catégorie de résidence.

Le collectif réclame de ne pas revenir sur l’accès aux droits sociaux auxquels les étrangers ont aujourd’hui droit conformément à la Constitution et à la réglementation en vigueur, de garantir l’égalité d’accès aux prestations sociales aux migrants résidents depuis moins de deux ans et à leur famille.

Il demande également des garanties de procédure régulière dans les procédures d’expulsion d’adultes et de retour assisté d’enfants et d’adolescents non accompagnés et de garantir le regroupement familial pour tous les types de familles, y compris les familles homoparentales.

D’autres pétitions visent à consacrer le principe de non-refoulement pour les demandeurs d’asile, les réfugiés et les personnes bénéficiant d’une protection complémentaire.

Cette déclaration, lancée par le Parti de la Force Commune, est soutenue par la Révolution Démocratique, Convergence Sociale et Communiste, entre autres organisations politiques, ainsi que par la Centrale Unitaire des Travailleurs et divers mouvements sociaux.

peo/ga/rc

EN CONTINU
notes connexes