dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le gouvernement du Honduras critiqué pour le cas d´un journaliste malade du Covid-19

Tegucigalpa, 18 juillet (Prensa Latina) Le coordinateur national du Partido Libertad y Refundación (Libre), Juan Manuel Zelaya, a rejeté aujourd’hui l’action du gouvernement du Honduras à l’égard du journaliste David Romero, emprisonné et malade du Covid-19.

Sur son compte officiel Twitter, l’ancien mandataire hondurien (2006-2009) a tenu le gouvernement de Juan Orlando Hernández responsable de la vie de Romero, qui purge une peine pour avoir dénoncé le pillage de la sécurité sociale en 2015.

Zelaya a déclaré que le communicateur et ancien directeur de Radio Globo s’était vu refuser la libération conditionnelle, alors qu’il risquait de tomber malade du Covid-19 en prison et qu’il avait été évacué de prison trop tard. 

À cet égard, le Président du Collège des Journalistes du Honduras, Dagoberto Rodriguez, a déclaré que les autorités devaient permettre à Romero de sortir de prison et de recevoir rapidement des soins pendant que la Cour statue sur le recours en libération conformément au nouveau Code pénal.

Romero a dénoncé le détournement de fonds au sein de l’Institut hondurien de sécurité sociale lorsqu’il a publié des photocopies de chèques de plusieurs millions de dollars, dont certains émis par des hommes d’affaires pour financer la campagne du président Hernández en 2013.

Romero est également reconnu comme l’un des rares journalistes à avoir continué d´informer pendant le coup d’État de 2009 contre Zelaya.

Des membres de la famille du journaliste ont exprimé leurs préoccupations quant à la santé de Romero et ont demandé qu´il puisse être reconduit à son domicile en résidence surveillée pendant la durée de la pandémie.

peo/npg/Yma

EN CONTINU
notes connexes