samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Nouvelle étape en France contre la technologie 5G de Huawei

Paris, 27 août (Prensa Latina) L’opérateur français Bouygues Telecom a annoncé aujourd’hui qu’il retirerait dans les prochaines années trois mille antennes de téléphonie mobile fabriquées par le géant chinois des télécommunications Huawei.

Olivier Roussat, directeur général adjoint du groupe, a souligné lors d’une conférence de presse téléphonique que cette mesure aura un impact financier limité et qu´elle est motivée par les restrictions que l’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes Informatiques (Anssi) française a imposées à Huawei en juillet dernier pour les futurs réseaux 5G.

Selon Roussat, l´Anssi a maintenant mis en place une interdiction progressive pour ces antennes du fabricant chinois en commençant par Brest, Toulouse, Strasbourg et Rennes, où elles ne pourront pas être déployées. Il a également précisé que quatre autres antennes devront être retirées en 2023, puis que neuf villes ont des autorisations jusqu’en 2025 et que dans les autres villes françaises ces antennes devront disparaître en 2028.

Cela implique l’élimination d’un total de trois mille répéteurs de technologie 5G au cours des huit prochaines années, raison pour laquelle Bouygues est en train de négocier avec l’État français et d’engager des actions en justice pour obtenir des dommages-intérêts pour les dommages économiques découlant de l’interdiction.

Deux sociétés françaises, SFR (Altice) et Bouygues Telecom, utilisent déjà des antennes Huawei sur leurs réseaux 4G et comptaient le faire pour les réseaux 5G, dont les licences devraient être disponibles en septembre pour commencer à fonctionner avant la fin de l’année.

peo/jf/Acm

EN CONTINU
notes connexes