mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La chaîne hôtelière Marriott quitte Cuba sous la pression de Donald Trump

Bruxelles, 2 septembre (Prensa Latina) La chaîne hôtelière nord-américaine Marriott International a abandonné hier ses activités à Cuba en raison des pressions du gouvernement de Donald Trump, reflètent aujourd’hui des propres rapports du secteur en Europe.

Le bulletin numérique Reportur ajoute que cet abandon se matérialise à partir de ce 1er septembre comme un élément additionnel à ceux déjà reflétés par Washington contre La Havane et le tourisme de l’île depuis juin 2019.

Marriott International a annoncé annuler ses opérations à Cuba à partir de ce jour, après que le gouvernement des États-Unis ait suspendu sa licence d’exploitation d’hôtels sur l’île.

Kerstin Sachl, directrice de la communication de la société pour l’Amérique Latine et les Caraïbes, a déclaré à la presse qu’elle pouvait confirmer cette nouvelle alors que la société n´avait plus aucune opération avec le Four Points by Sheraton de La Havane.

Le Département du Trésor des États-Unis a annoncé à la chaîne hôtelière en juin dernier qu’il ne lui permettrait pas d’ouvrir d’autres hôtels en préparation et lui a ordonné de fermer le Sheraton Four Points de La Havane (ancien hôtel Quinta Avenida). C’était le seul hôtel géré par une société étasunienne à Cuba.

En 2018, l’administration de Donald Trump avait renouvelé la licence d’exploitation d’hôtels à Cuba à Marriott International, mais cette année il a été décidé de la suspendre.

Le mandataire nord-américain est revenu sur l’ouverture vers l’île débutée sous l’impulsion de l’administration de Barack Obama, sous prétexte de ne pas soutenir l’enrichissement du gouvernement cubain, en renforçant de fait les restrictions économiques datant d’il y a plus de 50 ans.

Sachl a déclaré que Marriott International estime que Cuba est une destination souhaitée par les voyageurs, y compris les propres étasuniens, et a exprimé l’espoir d’une réouverture des opérations à Cuba si le gouvernement des États-Unis lui accorde l’autorisation de reprendre des affaires sur place.

peo/jcm/rfc

EN CONTINU
notes connexes