vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba dénonce la violation des droits de l’Homme par le blocus des États-Unis

La Havane, 22 octobre (Prensa Latina) Le blocus des États-Unis contre Cuba viole les droits de l’Homme et le droit international, a dénoncé aujourd’hui le chancelier Bruno Rodriguez.

Lors d’une conférence de presse pour dénoncer l’impact de cette politique hostile sur l’île et le monde au cours de l’année écoulée, le ministre des Affaires Étrangères a affirmé que Washington violent les règles de commerce et de navigation et n’a aucune justification morale.

Rodriguez a déclaré que le gouvernement des États-Unis a augmenté sa cruauté pour causer des souffrances supplémentaires aux cubains. Il affecte, a-t-il noté, le processus de mise à jour du modèle socio-économique dans la plus grande des Antilles.

Il ne se passe pas une semaine sans qu’une nouvelle mesure soit prise à Washington contre Cuba et sa population, a-t-il ajouté.

Le blocus s’applique de manière extraterritoriale à la souveraineté d’États tiers, de sociétés et de citoyens d’autres pays, a-t-il souligné.

En ce sens, il a souhaité que la communauté internationale exprime à nouveau son rejet écrasant d’une telle politique, lorsque Cuba présentera le rapport sur les dommages provoqués par le blocus qui accompagnera une proposition de résolution à l’Assemblée Générale de l’ONU en mai 2021.

Le ministre a signalé que les États-Unis ont été isolés au niveau international et ont manifesté leur mépris pour les relations civilisées entre les nations et le multilatéralisme.

Au cours de la présentation du rapport, Bruno Rodriguez a signalé que Cuba avait subi des pertes de plus de cinq milliards de dollars au cours de l’année écoulée en raison des effets du blocus, qui s’est intensifié durant la pandémie de Covid-19.

peo/car/ool

EN CONTINU
notes connexes