dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Arce écarte des mesures de choc pour sauver l’économie de la Bolivie

La Paz, 24 octobre (Prensa Latina) Le président élu de Bolivie, Luis Arce, a écarté toute mesure de choc pour sortir son pays de la profonde crise économique dans laquelle il est plongé, selon une interview publiée aujourd’hui dans le journal La Razón.

Arce, qui assumera la présidence du pays sud-américain le 8 novembre prochain, a souligné que sauver l’économie actuelle est un défi intellectuel, mais qu’il prendra les mesures correctes et compte relancer la demande intérieure et l’appareil productif.

Il a fustigé le secrétaire général de l’Organisation des États Américains (OEA), Luis Almagro, devenu célèbre pour la déclaration d’irrégularités lors des élections annulées de 2019, et comme l’ancien président Evo Morales, il a demandé sa démission de cet organisme pour des raisons éthiques et morales.

Le mandataire élu pour le Mouvement Vers le Socialisme (MAS) pour la période 2020-2025 a déclaré qu’il ne voyait pas la nécessité d’une rencontre avec la gouvernante de facto, Jeanine Áñez, ni même pour la transition de son exécutif, et qu’il travaillerait pour la pacification non résolue du pays.

Il a également avancé dans l’interview qu´il fera avancer les enquêtes sur les massacres de Secaba et Senkata en 2019 et a annoncé la reconstitution du Ministère des Cultures, annulé par Áñez.

Ce gouvernement (de facto), a-t-il déclaré, aurait mieux réussi s’il avait maintenu tout ce que nous faisions (sous la direction de Morales) et n’aurait eu aucun problème, mais non, ils ont arrêté l’investissement public et ont réinstallé le modèle néolibéral.

Il y a eu 11 mois de néolibéralisme, qui ont mis l’économie à terre, et vous pouvez le voir facilement avec les statistiques et les indicateurs. Nous sommes vraiment très mal, et je parle d’avant la pandémie, a déclaré Arce.

Interrogé sur ses émotions concernant la victoire dans les urnes, l’ancien ministre de l’Économie a exprimé se sentir heureux, ‘pour tout ce que nous avions travaillé et expérimenté. « Je n’ai jamais connu autant de procès, tant de persécutions, pas seulement contre moi, mais aussi contre ma famille », a-t-il manifesté.

‘Je me suis rendu dans les neuf départements, et j’ai ressenti la tristesse, les pleurs et la douleur à cause de ce qui s’était passé dans le pays : la discrimination et le racisme sont revenus, la domination des autorités sur le peuple est revenue, pas même sur les politiciens’, a déploré le leader du MAS.

En regardant vers le proche avenir, Arce a déclaré que ‘nous devons aller de l’avant avec cela, nous avons un plan et maintenant vient la difficulté de cela, qui est d’exercer, de planifier, de faire le gouvernement et de commencer.

peo/ga/dla

EN CONTINU
notes connexes