mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Iran promet de revenir à l´accord nucléaire

Téhéran, 17 novembre (Prensa Latina) L’Iran a promis aujourd’hui un retour à l’origine du Plan d’Action Global Conjoint (Jcpoa), ou accord nucléaire, si les autres signataires respectent la convention.

Le porte-parole de la chancellerie iranienne, Saïd Jatibzadeh, a ainsi réitéré la position de Téhéran qui estime qu’une réponse appropriée doit être apportée au cas où le Jcpoa reviendrait à ses origines.

Depuis le retrait des États-Unis en mai 2018, l’accord n’a plus jamais été le même face à la nouvelle imposition de mesures punitives contre le pays des perses et à la réaction de celui-ci suite à cette politique.

Jatibzadeh a expliqué que la politique inhumaine de Washington ne mène nulle part, et ce par une pression accrue contre l’Iran, et qu’avec Joe Biden à la Maison Blanche la possibilité de sauver le pacte pourrait fleurir.

Dans son allocution, le porte-parole a rappelé le multilatéralisme du pacte signé en 2015 entre l’Iran et le groupe 5+1 (États-Unis, Royaume-Uni, France, Russie et Chine plus Allemagne), qui n´était pas un accord entre Téhéran et Washington.

En outre, il a demandé aux pays européens de compenser les dommages causés à l’économie iranienne par la politique nord-américaine.

Dans le cadre de l’accord nucléaire, l’Iran s’est engagé à limiter son programme pacifique et bénéficierait en retour d’un allégement des sanctions imposées par la communauté internationale.

À des dizaines de reprises, l’Organisation internationale de l’énergie atomique (OIEA) a confirmé que la République islamique respectait cet accord.

Cependant, le président Donald Trump a déclaré la sortie unilatérale des États-Unis du Jcpoa, sous prétexte qu’il ne satisfaisait pas les intérêts nord-américains et a relancé une campagne dite de pression maximale pour forcer une nouvelle négociation.

Téhéran a rejeté cette politique fondée sur l’intimidation et a affirmé que ce qui avait été convenu au cours des 10 années de pourparlers n’était pas fortuit et qu’il était inopportun de dialoguer avec ceux qui ne respectaient pas leurs engagements.

peo/ga/arc

EN CONTINU
notes connexes