lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le blocus des États-Unis porte atteinte aux droits de l’Homme à Cuba

La Havane, 12 décembre (Prensa Latina) Le blocus des États-Unis contre Cuba constitue une violation flagrante des droits de l’Homme, a estimé jeudi le président de l’Association cubaine des Nations Unies (ACNU), Fermín Quiñones. Dans des déclarations à Prensa Latina, l’ambassadeur a qualifié de criminelle et de frein au développement de ces garanties la politique menée contre l’île depuis près de 60 ans.

À l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme, le diplomate a condamné la recrudescence de l’hostilité de Washington au milieu de la pandémie de la Covid-19, avec des mesures qui nuisent à la réponse à l’urgence sanitaire.

Pour la première fois en près de six décennies, le blocus a causé des dommages de plus de cinq milliards de dollars entre avril 2019 et mars 2020, selon des données officielles.

Cependant, Quiñones a reconnu que l’île, malgré le paysage économique complexe, réussit à contourner la crise provoquée par le coronavirus SARS-Cov-2, responsable de la pandémie, d’une manière significative, et ce sans avoir à appliquer les thérapies dites de choc.

Le président de l’ACNU a souligné le travail du gouvernement insulaire et des institutions pour sauvegarder les droits de la population, et a souligné les garanties existantes en matière de santé, d’éducation, de vie et de libre expression.

Cuba est reconnue au niveau international pour la promotion et la jouissance de ces garanties, indicateurs pour lesquels elle a été élue pour la cinquième fois membre du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies pour la période 2021-2023.

Mercredi dernier, le chancelier cubain, Bruno Rodriguez, a confirmé sur son compte Twitter la volonté de renforcer le réseau de lois, d’institutions, de stratégies et de politiques publiques pour améliorer l’exécution, la promotion et protection de ces acquis dans le cadre du modèle de développement économique et social.

La commémoration ce jeudi de la Journée internationale des droits de l’Homme a mis l’accent sur les effets de la pandémie et la nécessité de reconstruire sur le respect des garanties universelles, précise le site des Nations Unies.

Dans ce contexte, l’Université de La Havane a tenu jusqu’à vendredi le troisième séminaire international Dialogues sur les droits de l’Homme, centré sur la protection de la santé, de l’enfance et de la jeunesse.

peo/agp/cgc

EN CONTINU
notes connexes