lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´ambassadeur de Cuba rejette les mensonges d´un quotidien du Costa Rica

San José, 22 décembre (Prensa Latina) L’ambassadeur de Cuba au Costa Rica, Jorge Rodriguez, a rejeté lundi les 36 mensonges sur son pays du quotidien local La Nación, et a appelé sa direction à lui permettre de les réfuter un par un.

Dans son écrit, intitulé La Nación ment, l’ambassadeur cubain répond à l’éditorial ‘Protestations et répression à Cuba’ publié dans l’édition de ce dimanche 20 décembre et qui soutient que la véracité de ses affirmations peut être vérifiée sur internet et dans les publications sur les réseaux sociaux des personnes mentionnées. 

Rodriguez indique que Denis Solis, l´une des personnes mentionnées dans l´article, n’est ni rappeur, ni artiste, comme l’a manifesté la propre Agence cubaine de rap qui regroupe les interprètes de ce genre musical.

Ce qui a été publié par le propre Solis sur les réseaux sociaux montre que ce sont les autorités de l´île qui ont été agressées et offensées alors qu´elles se sont respectueusement rendue à son domicile pour lui remettre une deuxième citation à comparaître compte tenu du fait qu’il ne s’était pas présenté à la première convocation, note le diplomate cubain.

Il affirme que Solis a commis un délit d’outrage prévu et puni par le Code pénal d’une peine de six mois à un an d’emprisonnement et a été jugé conformément au Code de procédure pénale avec toutes les garanties, qu´il n’a fait aucune grève de la faim en prison et qu´il est apparu à la télévision en parfaite sa santé.

En outre, il souligne que le dénommé mouvement ‘San Isidro est une farce. Il n’y a pas de mouvement et encore moins de grève de la faim. Les personnes rassemblées dans la rue Damas ont publié sur les réseaux sociaux comment les personnes impliquées dansaient et se charriaient même avec des jouets sexuels. Ce ne sont pas des artistes. Ils n’ont aucune oeuvre. Ils ne travaillent pas. Ils vivent de l’argent fourni par le gouvernement des États-Unis pour la subversion à Cuba’.

L’ambassadeur cubain affirme qu’il est démontré publiquement qu’ils ont été organisés et dirigés par l’ambassade des États-Unis à La Havane.

Après avoir refusé que la maison où ils se trouvaient ait été attaquée, Rodriguez précise que ses occupants ont refusé d’ouvrir la porte aux autorités sanitaires, raison pour laquelle la police a donc dû forcer l’entrée pour faire appliquer les mesures de lutte contre la pandémie.

Il précise qu’aucune personne n’a été maltraitée et explique que l’une des personnes présentes, arrivée récemment de l´étranger, a violé le protocole d’isolement établi et que les mesures prévues pour de tels cas ont dû être appliquées.

L’ambassadeur de Cuba invite La Nación à informer que, grâce aux mesures mises en place, Cuba ne signale que 137 morts et 10.127 cas de contamination par la Covid-19; 90,3 % des patients sont guéris; aucun enfant ou femme enceinte n’est décédé, ni aucun professionnel de santé et que les salles de soins intensifs ne se sont débordées.

Il ajoute que le taux de létalité de Cuba est aujourd’hui de 1,40 pour cent, inférieur à celui de la planète qui est de 2,25, et également inférieur à celui de la région des Amériques qui est de 2,54.

En outre, commente-t-il, 39 pays et territoires de cinq continents ont reçu la modeste collaboration de Cuba pour faire face à la pandémie, de même que l’île est la seule nation latino-américaine avec quatre candidats vaccinaux obtenus par ses propres efforts.

En réfutant un autre mensonge de La Nación, le diplomate cubain note qu’il est de notoriété publique que les personnes rassemblées le 27 novembre devant le Ministère de la Culture de Cuba ont été convoquées depuis l´étranger et qu’il y avait parmi elles des personnes instruites pour avoir commis des actes de vandalisme et autres afin de provoquer une explosion sociale.

Il assure qu’il y a eu un dialogue entre le ministre de la Culture et un grand nombre de jeunes artistes et insiste sur le fait que les appels à la protestation dans son pays sont lancés depuis les États-Unis par des personnes liées à des groupes terroristes et financés par le gouvernement de ce pays. Depuis Miami, certains demandent une intervention militaire contre Cuba, a-t-il insisté.

Rodriguez note que, comme le reste du monde, Cuba subit les conséquences de la pandémie, mais, dénonce-t-il, « dans notre cas, elles sont aggravée par la recrudescence du blocus économique, commercial et financier que les États-Unis appliquent unilatéralement contre notre pays depuis plus de cinq décennies ».

Il rappelle que le gouvernement de Washington a pris plus de 120 mesures contre Cuba au cours des deux dernières années, 43 d’entre elles pendant la pandémie, « dans le but de nous priver des ressources nécessaires pour faire face à cette conjoncture exceptionnelle » et note que la Nation n´apporte aucune information sur cette politique criminelle.

Enfin, l’ambassadeur de Cuba explique que la réorganisation monétaire en cours sur l´île, y compris l’unification monétaire et de change, n’est pas une mesure de choc et vise la protection des secteurs les plus vulnérables.

peo/car/ale

EN CONTINU
notes connexes