dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba, un allié des États-Unis dans la lutte contre le terrorisme

Washington, 22 janvier (Prensa Latina) Cuba est un allié des États-Unis dans la lutte contre le terrorisme, loin d’être un État parrain de ce fléau comme l’a affirmé l’administration Trump, a estimé aujourd’hui un expert de ce pays.

Peter Kornbluh, directeur du Projet de documentation sur Cuba du National Security Archive des États-Unis (Archive Nationale de Sécurité), a manifesté cette opinion dans un article publié par la revue The Nation, dans lequel il critique la décision prise par l’administration précédente d’inscrire l’île des Caraïbes sur cette liste unilatérale.

Il cite parmi ses arguments des actions terroristes contre le peuple cubain comme l’explosion en plein vol d’un avion de transport de passagers en octobre 1976, qu’il a qualifié d’acte de terrorisme aérien le plus flagrant jamais commis dans l’hémisphère occidental et dont les auteurs ont bénéficié de la protection des États-Unis.

Les cas provenant des États-Unis reflètent une longue histoire de politique pervertie à l’égard du terrorisme et de Cuba, qui s’est maintenant poursuivie avec la décision éhontée du secrétaire d’État sortant, Mike Pompeo, de désigner à nouveau ce pays comme parrain d’actes terroristes, a-t-il souligné.

Pour faire cette affirmation, Pompeo a contourné le Bureau de lutte contre le terrorisme de son propre Département d’État, où les analystes professionnels savent qu’il n’y a aucune preuve à l’appui, a-t-il précisé.

Cité par Kornbluh, le principal fonctionnaire de l’administration Clinton pour Cuba, Richard Nuccio, a déclaré : ‘je n’ai jamais vu aucune information de renseignement justifiant l’inscription de Cuba sur la liste du terrorisme’, assurant que celle-ci n´a été due qu´à « des raisons politiques et a été maintenue pour des raisons politiques ».

Le directeur des archives nord-américaines a énuméré dans son commentaire une série de faits impliquant des fonctionnaires étasuniens et cubains partageant des informations de renseignement montrant une collaboration bilatérale dans ce domaine, y compris une dans laquelle Cuba a alerté sur des plans présumés d´assassinat du président Ronald Reagan en 1984.

Évoquant l’opposition cubaine au terrorisme manifestée par le président Miguel Diaz-Canel, l’expert nord-américain a souligné que des membres du propre Congrès, d’anciens fonctionnaires de l’administration Obama, et y compris des experts vétérans de la CIA, ont dénoncé l’administration Trump pour avoir politiquement joué et de manière grossière avec la menace mortellement grave du terrorisme.

Kornbluh affirme que le début du processus de radiation de Cuba de cette liste sera considéré comme un signal de l’intention de la nouvelle administration de rétablir une politique cohérente envers l’île, qu’il qualifie d´approche sérieuse et honnête des relations entre les deux pays.

peo/agp/lb

 
EN CONTINU
notes connexes