mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Implication des services de renseignement colombiens dans une agression contre le Venezuela

Par Wiliam Urquijo Pascual

Caracas, 29 janvier (Prensa Latina) Des révélations concernant la dénommé Opération Gédéon apportent aujourd’hui de nouvelles évidences sur les implications des services de renseignement colombiens dans cette agression paramilitaire ratée contre le Venezuela.

En septembre 2020, la citoyenne vénézuélienne Yacsy Alejandra Álvarez a été arrêtée dans la ville colombienne de Barranquilla, et se trouve être l’une des personnes impliquées dans la phase organisationnelle de l’incursion armée du 3 mai de cette même année et dirigée par la société nord-américaine de sécurité Silvercorp.

En offrant des déclarations à Noticias Caracol depuis son lieu de détention, rapportées par Venezolana de Televisión (VTV), Alvarez a révélé des détails sur le rôle de l’administration d’Ivan Duque dans les plans pour assassiner le mandataire Nicolás Maduro et instaurer un gouvernement de facto.

L’inculpée a déclaré qu’elle avait toujours été en contact avec les autorités colombiennes; ‘la Direction nationale du renseignement (DNI) avait clairement connaissance de l’Opération Gédéon, ils savaient tout’, a-t-elle indiqué en dénonçant les prétentions des autorités de l’utiliser pour couvrir la tentative de coup d’État dans le pays voisin.

De même, Alvarez a identifié un fonctionnaire nommé Franklin Sánchez comme l’agent de la DNI chargé de lui donner des instructions pour assurer sa sécurité pendant la période d’entraînement des mercenaires dans plusieurs camps situés dans la localité de Riohacha, situation précédemment dénoncée par Caracas.

Elle a affirmé que le lien avec les services de renseignement colombiens était constant et proche d’elle et du général vénézuélien déserteur Cliver Alcalá, qui a avoué publiquement sa participation au complot avant de se rendre à l’Administration de contrôle des drogues (DEA) des États-Unis.

Le gouvernement de Duque accuse Alvarez d’être l’auteur du transport d’armes découvertes accidentellement et involontairement par la police de Riohacha, près de la base d’opérations clandestines au nord de la Colombie, et que plus tard Alcalá lui-même a confirmé comme faisant partie de l’armement qui devait être utilisé pour l’invasion du Venezuela.

Selon les preuves fournies par le gouvernement vénézuélien, y compris des témoignages de mercenaires nord-américains capturés au cours de l’Opération Gédéon, cette incursion paramilitaire a été organisée et exécutée par Silvercorp, propriété du vétéran des forces spéciales étasuniennes Jordan Goudreau.

Créée en mars 2018 dans le but supposé de fournir des conseils en matière de sécurité et des services de protection -dans ce domaine elle a eu des liens avérés avec l’administration de Donald Trump-, Silvercorp a pris en charge les préparatifs de l’agression, et devait également jouer un rôle fondamental dans le scénario postérieur à l’opération.

Les termes de l’incursion terroriste et les responsabilités des parties impliquées dans le projet belliciste ont été consignés dans un contrat signé par Goudreau et des représentants de  l’opposition vénézuélienne d´extrême droite, dirigée par l’ancien député Juan Guaidó, reconnu par la Maison Blanche en janvier 2019 comme ‘président en charge’ du pays sud-américain.

L’accord prévoyait d’abord l’élimination physique du président Nicolas Maduro et d’autres membres du haut commandement politico-militaire de la nation, dans le cadre d’un plan plus vaste visant à une occupation militaire prolongée du pays par une armée privée.

Silvercorp devait resté sur le territoire vénézuélien pour une période de 495 jours continus comme force de sécurité du gouvernement usurpateur dirigé par Juan Guaidó afin de ‘stabiliser le pays’, dans une forme d’entité supraconstitutionnelle agissant au-dessus des pouvoirs de l’État.

En octobre 2020, Goudreau lui-même a révélé des liens de fonctionnaires proches du gouvernement des États-Unis avec l’Opération Gédéon contre le Venezuela en fournissant des informations sur ses contacts avec des fonctionnaires de l’administration Trump qui ont lancé le projet.

peo/oda/Wup/cvl

EN CONTINU
notes connexes