dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L´ancien président colombien exige que Cuba soit sortie de la liste des pays parrainant le terrorisme

Bogota, 8 février (Prensa Latina) L’ancien président de la Colombie, Juan Manuel Santos, a demandé aux États-Unis d’exclure immédiatement Cuba de la liste unilatérale des pays qui parrainent prétendument le terrorisme.

Santos, à travers un communiqué de presse du groupe The Elders, a demandé la semaine dernière à la Maison Blanche de prendre des mesures immédiates pour inverser la décision prise par l’ancienne administration Trump le 11 janvier de désigner à nouveau Cuba comme État parrainant le terrorisme.

Il a rejeté sans équivoque la décision de l’administration nord-américaine précédente de faire de Cuba un État parrain du terrorisme.

Il a également exhorté le nouveau président nord-américain, Joe Biden, à entamer ‘immédiatement le processus de révision pour annuler cela’.

Dans cette note, il s’est déclaré préoccupé par les raisons invoquées par l’ancien secrétaire d’État des États-Unis Mike Pompeo pour cette nouvelle inclusion du pays caribéen, dont notamment le refus du gouvernement cubain d’extrader vers la Colombie des membres de l’Armée de libération nationale (ELN) arrivés à La Havane pour participer aux négociations de paix facilitées par les exécutifs cubain et norvégien.

Cuba doit être félicitée pour le rôle crucial qu’elle a joué en aidant à mettre fin à des décennies de conflit et à faciliter la réconciliation en Colombie, et ne doit pas faire l’objet de sanctions pour cela. Les pays qui facilitent les processus de paix méritent nos remerciements et notre reconnaissance, a-t-il souligné.

Le 11 janvier dernier, l’administration de Donald Trump a inscrit Cuba sur la liste unilatérale des États qui parrainent le terrorisme, ce qui a suscité de nombreux rejets émanant de la communauté internationale, estimant qu’il s’agissait d’une absurdité absolue.

Récemment, le nouveau secrétaire d’Étatnord- américain, Antony Blinken, a déclaré que l’administration Biden allait réexaminer cette décision.

Il y a eu une série d’actions que l’administration sortante a prises, y compris celle-ci (…) Nous les analysons toutes, a souligné le haut fonctionnaire lors d´une interview accordée à la chaîne de télévision MSNBC.

peo/msm/Yas

EN CONTINU
notes connexes