jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Attaque ultraconservatrice contre la gauche en Espagne

Madrid, 24 février (Prensa Latina) Le leader du parti Izquierda Unida (IU), Alberto Garzón, a dénoncé dimanche dernier l’implacable campagne lancée par la droite politique et les pouvoirs économiques contre la présence de l´alliance Unidas Podemos (UP) au sein du gouvernement espagnol.

Garzón s’est exprimé en ces termes lors d’une réunion tenue ce dimanche par la Coordination Fédérale, principal organe de direction de sa formation.

Il a mis en garde contre l’offensive brutale contre la présence d´UP au sein de l’exécutif présidé par le social-démocrate Pedro Sánchez, avec l’objectif évident, a-t-il affirmé, de délégitimer cette alliance composée d´IU et du parti anti-austérité Podemos.

Ils essaient de nous délégitimer pour forcer la sortie d’UP de ‘ce gouvernement de coalition si nécessaire en ce moment pour l’Espagne et, plus encore, pour les classes populaires et ouvrières de notre pays’, a souligné le ministre de la Consommation.

Selon lui, ces attaques contre la présence de la gauche au Palais de la Moncloa répondent à la stratégie d’une droite qui a perdu les élections ces dernières années, en référence au Partido Popular (conservateur) et Ciudadanos (libéral).

C’est précisément pour cette raison qu’ils cherchent à renverser un gouvernement légitime en radicalisant leurs positions, y compris s’ils ne font que créer un espace politique pour que l’extrême-droite continue de croître, a manifesté Garzón en référence à l´essor du parti Vox.

‘C’est l’effet visible de la radicalisation discursive et matérielle de la droite politique en Espagne’, a souligné le ministre.

Il a estimé que la radicalisation discursive de la droite n’a pas seulement des effets électoraux, mais qu’elle atteint la société et que les comportements homophobes, xénophobes, racistes et réactionnaires et la normalisation du néofascisme se développent.

‘L’extrême droite croît à la chaleur de ces principes et valeurs réactionnaires. Elle a des propositions comme interdire les partis qui ne sont pas de son goût et ne partagent pas son idée réactionnaire et homogène de notre pays’, a ajouté le coordinateur fédéral d’IU.

‘Il s’agit de nous diaboliser et nous avons été attaqués par terre, mer et air’, a insisté le dirigeant.

Il a ensuite estimé que la meilleur façon de visualiser tout cela est représentée par les attaques féroces contre Pablo Iglesias, leader d’UP et vice-président adjoint de l’exécutif espagnol, à travers des mensonges, des manipulations éhontées et des disqualifications infondées, a-t-il conclu.

peo/ga/edu

EN CONTINU
notes connexes