mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les États-Unis doivent traiter les violations des droits de l´Homme sur la base navale de Guantanamo

Nations Unies, 24 février (Prensa Latina) Des experts de l’ONU plaident pour que le gouvernement des États-Unis aborde les violations des droits de l’Homme qui se produisent encore aujourd’hui sur la base navale illégale de Guantanamo, telles que la torture et d’autres traitements dégradants.

Dans un communiqué, des rapporteurs indépendants des Nations Unies ont souligné que l’examen actuellement proposé par Washington sur la façon de fermer ce centre de détention doit également porter sur les violations qui y ont été et y sont commises.

Selon les experts indépendants, il est urgent d’offrir une réparation adéquate à toutes les personnes détenues dans ce centre, qui ont, conformément au droit international, été privées de leurs droits humains fondamentaux, y compris le droit à un procès équitable, en plus d’avoir été torturés.

Ils ajoutent également dans le communiqué que ceux qui sont toujours détenus à Guantanamo, soit une quarantaine de personnes, sont pour la plupart déjà âgés, qu´ils ont vieilli derrière les barreaux et sont en très mauvaise santé après des années de détention dans des conditions de torture physique et psychologique.

Washington doit veiller à ce que de telles pratiques inhumaines ne se reproduisent pas et qu’aucun des crimes commis sur cette base ne reste impuni, soulignent les auteurs du texte.

‘En ce 20e anniversaire du 11 septembre 2001, nous demandons la transparence, la compréhension et que des comptes soient rendus sur l’opération et l’héritage de la prison’, réclament-t-ils.

De même, les experts insistent sur la nécessité de rejeter les politiques et les pratiques qui ont conduit à la création de cette prison, située sur un territoire cubain occupé illégalement par les États-Unis.

Ils demandent également aux autorités nord-américaines de lancer des enquêtes impartiales et indépendantes sur les violations des droits de l’Homme sur la base navale de Guantanamo.

Le 12 février dernier, la secrétaire de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que le gouvernement étasunien a l’intention de fermer le centre de détention de Guantanamo durant le mandat de Joe Biden.

Washington a été sévèrement critiqué pour les violations des droits de l’Homme commises contre les prisonniers dans ce centre de détention, créé il y a une vingtaine d’années, et les experts de l’ONU exigent continuellement sa fermeture.

Ils dénoncent également les sévices et les tortures infligées aux détenus qui vivent dans une sorte de désert juridique hors de portée du système judiciaire nord-américain.

peo/msm/ifb/cvl

EN CONTINU
notes connexes