lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba répudie la qualification de défenseurs des droits de l’Homme pour des mercenaires

Genève, 8 mars (Prensa Latina) Le représentant permanent de Cuba à l´ONU-Genève, Juan Antonio Quintanilla, a rejeté aujourd’hui l’attribution du qualificatif de défenseurs des droits de l’Homme à des délinquants et mercenaires au service de puissances étrangères.

Prenant la parole par vidéoconférence lors d´un forum de la 46e session du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, qui est entrée ce lundi dans sa troisième semaine, l’ambassadeur cubain a souligné que ce noble qualificatif ne devrait pas être utilisé pour ces individus.

‘Cela pervertit la catégorie des défenseurs, et c’est une offense à la mémoire de ceux qui risquent et perdent leur vie dans le monde entier pour leur travail dans le domaine des droits de l’homme’, a-t-il affirmé lors d´un échange interactif sur le sujet.

Selon Quintanilla, il est inquiétant que le système des droits de l’Homme de l’ONU soit utilisé par certaines organisations ou individus pour tenter de légitimer des campagnes de manipulation politiquement motivées.

Les titulaires de mandat, dûment conseillés par le Secrétariat, doivent vérifier soigneusement les informations qu’ils reçoivent et ne pas porter de jugements de valeur, encore moins sans recevoir les arguments de toutes les parties, a-t-il insisté.

Pendant des décennies, des mercenaires et des personnes condamnées pour des délits de droit commun ont été utilisés comme fer de lance depuis Miami, aux États-Unis, pour promouvoir des campagnes contre l’île et pour créer une instabilité dans le pays, en les promouvant comme défenseurs des droits de l’Homme.

Lors du forum, Mary Lawlor, rapporteuse spéciale sur la situation des défenseurs des droits de l’Homme, a présenté son rapport, document que le représentant permanent de Cuba a considéré comme porteur d’une réalité préoccupante.

En ce qui concerne Cuba, il a noté que des milliers de personnes défendent chaque jour les droits de l’Homme dans divers domaines et que l’État leur apporte son soutien et sa reconnaissance.

Quintanilla a réitéré l’engagement de son pays à coopérer avec la rapporteuse spéciale et la volonté de l’île de contribuer à ce que le mandat surmonte les faiblesses et les erreurs qui ont entravé son fonctionnement et sa crédibilité dans le passé.

peo/mem/wmr

EN CONTINU
notes connexes