vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Alerte sur les conséquences d’un accord avec le FMI pour El Salvador

San Salvador, 12 mars (Prensa Latina) L’accord que négocie El Salvador avec le Fonds monétaire international (FMI) menace aujourd’hui les subventions et les quelques programmes sociaux qui n´ont pas été supprimés par le gouvernement actuel.

Dans les faits, l’Administration nationale des aqueducs et des égouts (ANDA) a déjà averti que les subventions à l’eau sont inutiles dans de nombreux foyers du pays, ce qui a été considéré comme un avertissement de ce qui pourrait arriver.

L’économiste César Villalona a confirmé à Prensa Latina que la réduction des subventions est une des réponses habituelles des gouvernements qui pactisent avec le FMI, pour réduire les coûts et augmenter les entrées d´argent.

Villalona, qui a été membre du Conseil national du salaire minimum, a précisé que dans ce pays les services de l’eau, de l’électricité, du gaz liquéfié et des transports publics sont subventionnés et que peut-être un ou plusieurs d´entre eux seront affectés.

‘Le gouvernement pourrait également réduire les quelques programmes sociaux qu’il a abandonnés en assumant le pouvoir, en juin 2019, et augmenter le licenciement des fonctionnaires pour réduire les dépenses’, estime l’analyste économique.

Le ministre des Finances, Alejandro Zelaya, a confirmé début mars que l’administration du président Nayib Bukele négocie avec le FMI un accord pour obtenir un milliard 300 millions de dollars au cours des trois prochaines années.

‘Le Fonds ne prête jamais sans conditions, et quand il octroie des fonds pour trois ans, il impose des mesures d’ajustement, parce que le gouvernement s’endette et a besoin de garanties de paiement’, a ajouté Villalona.

L’expert a également mis en garde contre une éventuelle privatisation d’entreprises publiques, une hausse des taxes à la consommation et une hausse des prix qui finirait par faire chuter la consommation et précipiterait de petites entreprises vers la faillite.

Selon Zelaya, l’accord négocié par El Salvador serait similaire à celui conclu par le Costa Rica, qui a suscité de nombreuses protestations populaires dans cette nation centraméricaine.

peo/ga/cmv

EN CONTINU
notes connexes