vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Mexique- Guatemala: tension frontalière

Mexico, 29 mars (Prensa Latina) La tension est de nouveau palpable à la frontière entre le Mexique et le Guatemala, renforcée militairement par les deux Etats face à l’afflux de migrants qui tentent d´atteindre les États-Unis, a aujourd´hui admis l’Institut de Migration du Mexique (INM).

Des fonctionnaires de cet organisme ont confirmé que les deux pays se sont accordés à utiliser des milliers de soldats, d´agents des services migratoires et de policiers afin de contenir l’afflux à la frontière commune et combattre le trafic de personnes.  Il existe actuellement des rumeurs au sujet de caravanes de migrants en provenance du Honduras, alors que les groupes entrant en ce moment au Mexique sont plus petits. 

Des contingents militaires équipés et entraînés au secours humanitaire sur la frontière sud sont arrivés à Tapachula, un passage frontalier, et ses environs dès début janvier.

Jusqu´à ce week-end, l´INM avait recensé plus de 34 mille 993 voyageurs irréguliers dans l’ensemble du Mexique, soit 7 mille 643 de plus que l’année dernière lors de cette même période, dont la plus grande partie est entrée par l´État du Chiapas et la frontière de Tabasco. 

Le gouvernement du Mexique a insisté sur le maintien  des opérations de surveillance 24 h sur 24 dans l’ensemble de la zone frontalière, sur les routes, dans les trains de marchandises et autres voies de passage.

Le vice-ministre des Affaires étrangères  du Guatemala, Eduardo Hernández, a pour sa part signalé que son gouvernement réalise un déploiement conjoint de l’Armée, la Police nationale civile et de l’Institut Guatémaltèque de Migration sur la frontière avec le Mexique. 

Nous souhaitons persuader et demander aux pays d´origine de dissuader également la caravane de migrants, car il existe des informations au sujet du départ d´un nouveau groupe demain 30 mars, a déclaré Hernandez, d’où la nécessité de concentrer  les efforts aux côtés du Mexique et du Honduras.

Le Chiapas s’avère une entrée stratégique pour l’immigration internationale vers le Mexique puisque nous partageons 650 km de frontière avec le Guatemala, ce qui favorise la mobilité humaine, a quant à lui signalé le général Vicente Antonio Hernández, commandant de la 36e Zone Militaire à Tapachula.

Dans le même temps, aux Etats-Unis le Bureau des Douanes et de la Protection Frontalière a détenu 100 mille 441 sans-papiers dans la zone frontalière avec le Mexique en février, contre 78 mille 442 en janvier. Les chiffres du mois de mars n´étant toujours pas connus.

peo/jcc/mem/lma

EN CONTINU
notes connexes