lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Éthiopie rejette une déclaration du G7 sur le Tigré

Addis-Abeba, 6 avril (Prensa Latina) L’Éthiopie a rejeté la déclaration des ministres des Affaires étrangères du Groupe des Sept (G7) sur la situation dans l’État régional du Tigré dans un communiqué de presse publié hier.

Composé de l’Allemagne, du Canada, des États-Unis, de la France, de l’Italie, du Japon et du Royaume-Uni, considérés comme les pays les plus puissants sur le plan économique au moment de sa création en 1975, le G7 s’est déclaré préoccupé par la situation sociale et la présence de militaires érythréens dans cette région septentrionale.

La proclamation du G ne comprend pas les mesures importantes prises par notre gouvernement pour aborder pleinement les besoins urgents dans ce territoire, dénonce le texte de la chancellerie éthiopienne.

Les progrès accomplis depuis l’entrée en vigueur de la loi dans la région et la poursuite des efforts pour parvenir à une stabilité absolue sont tangibles et ont été reconnus, ajoute le document.

L’Administration Provisoire, de concert avec le Gouvernement Fédéral, travaille sans relâche pour rendre pleinement opérationnelle la structure de gouvernance, signale la chancellerie.

Ensemble, précise-t-il, l’accès sans restriction à l’aide humanitaire et aux médias a été accordé, et l’enquête conjointe sur les violations des droits de l’Homme par des experts internationaux a également été autorisée.

Il souligne également que les troupes érythréennes qui ont franchi la frontière en réponse aux provocations du Front populaire de libération du Tigré ont commencé à se retirer et que la Force de défense nationale a pris en charge la surveillance de cette zone.

Malgré ces mesures, les ressources qui auraient dû être obtenues auprès de la communauté internationale pour faire face aux défis humanitaires et de développement restent trop faibles, note la communication.

Le Gouvernement fait tout son possible pour atteindre plus de 4,2 millions de personnes et, tout en appréciant sincèrement les préoccupations exprimées, il est clair que la fourniture d’aide alimentaire et médicale doit être au cœur des préoccupations, affirme le Ministère des Affaires Étrangères.

peo/msm/raj

EN CONTINU
notes connexes