mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba cherche à augmenter la production alimentaire

La Havane, 15 avril (Prensa Latina) Cuba encourage aujourd’hui la production alimentaire à partir de la mise en œuvre d’un ensemble de 63 mesures récemment approuvées par le Gouvernement, dont 30 sont considérées comme prioritaires et d’autres ont un caractère immédiat.

Ces décisions portent notamment sur les prix des intrants et de certains produits agricoles, le recrutement de la main-d’œuvre, la commercialisation, la promotion de projets de développement local, l’exécution de mesures financières et le paiement des impôts.

La production alimentaire est une tâche de premier ordre et dépend de l’apport de tous pour contribuer à la sécurité alimentaire du pays, a déclaré le vice-premier ministre Jorge Luis Tapia lors de son intervention ce mercredi dans l’émission télévisée Mesa Redonda.

Le but principal est d’être capable de produire des aliments par nos propres efforts, a-t-il souligné.

Il a mentionné le fait que le pays dispose de plus de 10,4 milliards d’hectares de terres, dont environ 6,4 milliards sont agricoles (58 pour cent) et seulement 3,12 milliards de terres sont cultivées. ‘Donc, nous avons encore des réserves dans l’utilisation et l’exploitation de la terre’, a-t-il manifesté.

Parmi les mesures adoptées pour stimuler le développement agricole, on peut citer celles destinées à faciliter la commercialisation des aliments et à éliminer les intermédiaires, comme l’a indiqué dans le même programme télévisé le ministre de l’Agriculture, Ydael Jesús Pérez.

Il a expliqué qu’il avait été décidé d’autoriser la vente libre de lait et de ses dérivés sur la base du respect d’indicateurs établis pour l’élevage et du plan de livraison contractuel.

Le feu vert a également été donné à la commercialisation de la viande de petit et de gros bétail dans le réseau de détail, après que le producteur ait respecté la commande publique et pour autant qu’il soit garanti qu’il n’y ait pas de diminution du cheptel.

Il a en outre indiqué que le système coopératif serait réorganisé de manière à inclure l’extinction ou la fusion des coopératives qui n’ont aucune chance de redressement économique et productif, en transférant les terres au fonds d’État.

Le ministre a souligné que le recrutement est un outil essentiel pour la mise en œuvre réussie des mesures, qu´il ne sera plus seulement un engagement productif, mais qu´il établira les bases légales sur lesquelles le producteur et celui qui veut acheter ses marchandises doivent agir.

De l’avis de la ministre des Finances et des Prix, Meisi Bolaños, les décisions prises visent à favoriser les coûts des agriculteurs et la production alimentaire, ce qui a un effet sur le budget de l’État en assumant toutes les différences générées par la réduction des prix et des tarifs pour le secteur.

Si le pays connaît des déficits de devises, des restrictions à l’importation de ressources, d’intrants et de produits biologiques en raison des graves problèmes financiers causés par le blocus imposé par les États-Unis, alors l’utilisation des produits nationaux et de la science et de l’innovation doit être renforcée, a-t-elle souligné.

peo/agp/lpn

EN CONTINU
notes connexes