jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Conmebol critiquée pour avoir maintenu une rencontre de football en Colombie

Bogota, 16 mai (Prensa Latina) Plusieurs voix critiquent aujourd’hui la Confédération sud-américaine de football (Conmebol) pour avoir maintenu une rencontre de la Copa Libertadores en Colombie au milieu de la crise dans le pays, marquée par la répression policière et militaire contre les mobilisations. 

Jeudi soir, le match au stade Romelio Martinez de Barranquilla entre l’Amérique de Cali et l’Atlético Mineiro pour la quatrième rencontre du Groupe H de cette compétition a dû être suspendu à quatre reprises en raison des gaz lacrymogènes lancés par la police contre les manifestants et qui ont également affecté les joueurs à l’intérieur du stade.

Le parti Comunes a indiqué que la police réprimait de nouveau violemment la population de Barranquilla, en se référant à des événements similaires survenus dans la soirée de jeudi.

‘Le monde entier voit la terreur que vivent les gens en Colombie. La Conmebol doit avoir de l’empathie, on ne peut pas jouer ainsi. Il est regrettable que l’organe directeur du football en Amérique latine permette que l’on joue’ ce type de rencontre dans un tel contexte, a souligné cette force politique.

De même, la présentatrice Mónica Rodríguez a déclaré, via son compte Twitter, que dans le meilleur style du dictateur argentin Jorge Rafael Videla, en Colombie, on joue des matchs de football pour faire taire les voix qui s’élèvent contre l’injustice sociale et la corruption.

‘Le cri de « but » contre le cri d’un peuple qui n’est pas écouté’, a souligné Rodriguez qui est, en outre, ambassadrice de bonne volonté du Fonds des Nations Unies pour l’enfance.

Quelle honte ! utiliser le sport pour essayer de couvrir ce qui ne peut pas être couvert, la réalité’, a déclaré de son côté Fabián Vargas Rivera, footballeur et professeur.

En se référant à ces faits, il a souligné que tout le monde apprend maintenant qu’il y a vraiment un grand problème social dans le pays, en se référant à la transmission du match par des chaînes de sports.

‘N’exposez plus les footballeurs, le football ne peut pas être indolent avec ce que vit la Colombie’, a-t-il manifesté.

peo/Jha/otf/cvl

EN CONTINU
notes connexes