samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’OIM s’inquiète de la situation des migrants à Ceuta

Genève, 27 mai (Prensa Latina) L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a exprimé aujourd’hui sa préoccupation face à ce qu’elle a qualifié d’arrivée sans précédent de migrants dans la ville espagnole de Ceuta en Afrique du Nord. 

Cette agence de l’ONU, dont le siège se trouve dans cette capitale, a en outre attiré l’attention sur la situation des 800 mineurs migrants qui se trouve actuellement dans cette localité.

Il faut donner la priorité à la sécurité de ces personnes et leur donner accès à la protection et à d’autres formes d’assistance, quelles que soient les raisons qui les ont poussées à s’y rendre, a souligné dans un communiqué le directeur général de l’OIM, António Vitorino.

Il a ensuite souligné que l’Espagne et le Maroc collaboraient de longue date dans le domaine des migrations et a appelé à la poursuite de cette coopération.

Dans le contexte de l’Union Européenne (UE) Vitorino a rappelé que près de 26.400 personnes sont arrivées dans la région par la mer Méditerranée depuis le début de cette année.

Ce chiffre est plus élevé qu’au cours de la même période de l’année dernière, mais il est gérable ‘avec une meilleure politique qui inclut l’augmentation des itinéraires qui facilitent une migration sûre et digne’, a-t-il déclaré.

Il y a quelques jours, la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arantxa González, a insisté sur l’option d’une diplomatie discrète pour le règlement du conflit avec le Maroc.

Après avoir défendu la décision de son gouvernement de fournir des soins médicaux au leader du Front Polisario (mouvement indépendantiste sahraoui), Brahim Ghali, la titulaire a fait part de sa volonté de rétablir avec Rabat un climat d’entente fondé sur le respect.

Dans le cadre d’un entretien accordé au journal La Razón, elle a reconnu que des responsables de son gouvernement avaient rencontré l’ambassadrice marocaine à Madrid, Karima Benyaich, bien qu’elle ait refusé de parler des résultats du dialogue.

Josep Borrell, haut représentant pour la Politique étrangère de l’UE, a souligné à la semaine dernière la dimension des incidents qui dépassent les frontières extérieures du bloc communautaire, tandis que la présidente de l’exécutif régional, Ursula von der Leyen, a exprimé son soutien à l’Espagne.

Le président du gouvernement du pays ibérique, Pedro Sánchez, a qualifié de « grand conflit pour le continent » l’arrivée de migrants dans les territoires autonomes espagnols.

Dans le même temps, l’ambassadrice du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, a assuré que ‘dans les relations entre nations il y a des actes qui ont des conséquences et doivent être assumés’, en référence à la décision de Madrid de fournir des soins médicaux à Brahim Ghali.

Après des jours de tension, les deux pays seraient parvenus à un accord pour le retour des migrants dans la nation nord-africaine.

peo/mgt/Ehl/gdc

 
EN CONTINU
notes connexes